Critique : A Cure For Wellness / A Cure For Life


Après la traumatisante noyade de son projet d'adaptation du jeu vidéo Bioshock - horrifique aventure dans une cité sous-marine construite pour échapper aux problèmes sociaux, politiques et religieux du monde post-Seconde Guerre Mondiale - Gore Verbinski nous livre avec A Cure For Wellness un haut château de mystères sans conteste hanté par le spectre de ce projet. 


Semblant consumer toute son amertume pour cette frustration artistique, le cinéaste invoque des thématiques semblables (l'importance de l'eau, évidemment, mais aussi l'écart des maux de la société, les expériences, la figure de l'enfant) pour mieux faire face au système et ses grosses entreprises, griffe évidente contre les studios. Plus motivé que jamais, telle la bouffée d'air salvatrice après une respiration longuement retenue, Verbinski déchaîne son inventivité visuelle dans un maelstrom d'images aussi splendides que baroques, nourri par une berceuse entêtante dans un décor oscillant entre le gothique et le steampunk. 


Le film est long, très long, inquiétante générosité qui ne sert que mieux l'humide menace qui contamine insidieusement le personnage de Dane DeHaan, fichtrement cinégénique. Après un climax iconique entre la Hammer et le cinéma de cape & d'épée, A Cure of Wellness se clôt sur une expression troublante, ultime ironie d'un réalisateur dont cette cure de 2h30 se révèle réussie.


Commentaires

  1. Merci de cet avis très éclairé !
    Ca me donne très envie de le voir.
    Bonne week end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie ! ^^ Un film à voir, assez glauque et particulier toutefois.

      Supprimer
  2. C'est bien que tu rappelle la durée car quand je l"ai vu je n'ai pas fait attention à la durée. Ça passait crème. Il y a quelques aspects qui me convainc pas trop mais ils sont assez rares pour ne pas être incorrigibles. Une plongée froide dans un univers cynique et glauque qui pourrait ne pas plaire à tout le monde mais en rien incompréhensible. N'en déplaise à un célèbre youtubeur qui n'a strictement rien compris au film jusqu'au pitch de départ. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi non plus je n'ai pas tant fait attention à la durée, d'autant qu'elle sert à l'ambiance et l'immersion dans cette intrigue mystérieuse !... On ne citera pas ce fichu bonhomme condescendant de youtubeur sur mon blog, évitons de lui faire des clics ;)

      Supprimer
    2. Je n'ai même pas parlé de cet ahuri chez moi. ;)

      Supprimer
  3. Hum, tentant ! Même si l'on peut s'imaginer un ersatz de Shutter island... Mais c'est vrai que Verbinski n'est pas mauvais, on peut lui laisser sa chance sur ce coup-là :-).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés