Critique : La Fille de Brest


Retranscrire sur grand écran l'affaire du Médiator n'était pas chose aisée, un combat d'intérêt général très peu cinématographique. Avec La Fille de Brest, Emmanuelle Bercot fait le bon choix de plutôt dresser le portrait d'une femme atypique, portée par la chaleureuse actrice danoise Sidse Babett Knudsen au jeu débridé, à la limite du cabotinage. Elle porte sur ses épaules une trame très fragile, thriller médical avant tout, avec le soupçon de genre que cela invoque, et Bercot préfère mener ce récit à tambour battant, sur-découpé, didactique, une énergie louable qui finalement ne nous fait que survoler cette histoire. Mais l'héroïne et son environnement insufflent une distance salvatrice sur les faits bruts, en témoignent quelques scènes surprenantes et très frontales qui mettent à vif ses enjeux et nos émotions. Imparfait, La Fille de Brest traduit toutefois efficacement la détermination d'une femme tout en rendant hommage avec humilité aux victimes de ce sombre dossier.


Commentaires

Articles les plus consultés