Critique : The Conjuring 2 / Le Cas Enfield


Cinéaste frappeur, James Wan avait signé le sommet de sa carrière horrifique avec le premier opus Conjuring - sans difficultés, il perpétue la lignée avec Le Cas Enfield et s'installe définitivement comme actuelle papauté de la peur au cinéma. Cette suite perd certes en effet de surprise, cas surnaturel au twist prévisible emmêlé dans un rapport peu subtil à la foi et au destin. Mais le scénario à toutefois le mérite d'aborder frontalement les éléments qui ont apporté l'interrogation lors de la véritable affaire d'Enfield, gratifiant cette nouvelle enquête des Warren d'un soupçon de doute qui nourrit un peu plus le duo en tête d'affiche, couple attachant devenant un peu plus le moteur mythologique d'un large univers horrifique. Ce que le film perd en originalité, il le conjure en codes du genre, le réalisateur faisant de sa caméra l'incantation virtuose du malin, déjouant les attentes au moindre mouvement de caméra, à la moindre nappe sonore, un exercice aujourd'hui des plus difficiles lorsque l'on recherche le vrai frisson en salles. On n'échappe pas au quota de jump-scares, mais Wan continue à fournir une ambiance oppressante, une galerie de monstres presque burlesque (l'Homme Tordu restera dans les mémoires), et surtout une inventivité folle dans le cadrage de l'élément surnaturel, du plan-séquence pour introduire la présence fantôme aux jeux de mouvements pour mettre à prix la frayeur au jeu de bonneteau. Sermon des enfers, partition des épouvantes, The Conjuring 2 est un nouveau grand-huit de la terreur de la part de James Wan, solide acte de foi où le Mal empoisonne le Bien comme un cinéaste joue avec son spectateur.


Commentaires

  1. J'ai énormément aimé cette suite, à la hauteur du 1er opus. C'est "drôle" parce que c'est dans la continuité du 1 et en même temps je n'ai pas eu un sentiment de déjà-vu. L'ensemble est effrayant, il y a des scènes pour moi très bien foutues et je trouve le thème de "ce qu'on voit / ce qu'on croit" etc... très bien développé. Bref, une bonne surprise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord ! En effet, malgré son manque d'originalité cette suite n'est pas du tout répétitive, très difficile exercice pour une suite horrifique.

      Supprimer
  2. Un second volet de qualité, qui a le mérite de ne pas utiliser une affaire similaire. On n'a ainsi moins une impression de déjà vu et on voit que les personnages doutent davantage des faits. Ce qui remet en cause à la fois les faits et la perception du spectateur. Par contre si la musique est moins forte, les jump scares sont toujours trop nombreux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord ! Il y a toujours le quota de jump scares, en effet, mais fort heureusement Wan ne se repose pas sur ça, disons que c'est une "sécurité" qu'il installe sous son excellente mise en scène de la peur. En tout cas ils ne m'ont pas gêné personnellement. Peut-être que c'est parce que c'est donné avec le coeur, contrairement à beaucoup d'autres productions du même genre.

      Supprimer
    2. Non et justement je trouve que c'est quand il n'en fait pas il réussit son coup. Que ce soit dans la photo très sombre lorsque Mrs Warren est dans le monde de l'au delà et les visions cauchemardesques (la transformation du chien est géniale même si c'est du cgi, on voit que le gosse a peur). Pareil pour la gamine principale qui a dû bien être épuisée à l'image de son personnage. Le problème des jump scares (et c'est purement personnel) c'est que j'arrive à les remarquer. Quand un personnage regarde d'un côté, tu sais qu'une saloperie va arriver de l'autre côté. Pareil s'il regarde droit devant lui et entend un son derrière lui.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés