Critique : LES VISITEURS - LA RÉVOLUTION


La Terreur. Avouons-le tous, cet ancien sous-titre traduisait parfaitement notre ressenti à tous face à l'annonce et les premières images de ce troisième opus, qui dix-huit ans après Les Couloirs du Temps puait sévèrement la vinasse. À quelques lieues d'un Bronzés 3, on peut finalement dire que Les Visiteurs : la Révolution passe à côté du pire, mais surtout à côté du meilleur, de loin. Cette suite, à notre grande surprise, évite l'écueil de la référence outrancière, du clin d'œil dirigiste, tentant le "renouvellement" avec un galerie de nouveaux personnages secondaires qui certes ne manquent pas de substance, mais ne dégagent absolument rien. Caché derrière une pseudo critique sociale aux racines de notre Histoire, le scénario patine et le feu ne prend jamais, l'alchimie n'est plus, les gags passent en travers de la gorge et on se fait royalement chier. On peine à avoir du plaisir à retrouver les deux trublions Godefroy et Jacquouille, victimes d'un coup de vieux que l'intrigue excuse platement. Le temps a passé, l'anachronisme s'est dilué, et la machine s'embourbe dans le purin, entre deux éclairs d'espoirs que sont l'ouverture et l'épilogue. Les Visiteurs : la Révolution surprend à petite dose : on craignait la surenchère de toujours, et on se retrouve avec une retenue qui nuit.


Commentaires

  1. Je te trouve bien courageux d'avoir été voir ce quatrième film (n'oublions pas les étrons qu'on veut dégager par la cuvette des toilettes). Je n'ai pas envie de voir ce film d'autant que l'on a déjà eu droit à deux films de trop. Un seul était bien suffisant. J'ai adoré aussi l'attitude de Christian Clavier dans l'interview de Première (et pourtant je déteste ce magazine): hautain, toujours dans la position du comédien populaire croyant que succès est synonyme de réussite artistique et se permettant de taper dans le cercueil de John Hughes avec une violence écoeurante. Raison de plus de lâcher l'affaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La nostalgie du premier a pris le pas sur la raison ^^ Bon franchement c'est pas l'étron irrespirable qu'on aurait pu penser avoir. Mais je te rejoins, le premier ce suffisait à lui-même. On peut passer à côté de ce troisième opus totalement oubliable.

      Supprimer
    2. J'aime bien le premier mais pas tant que ça. A la même période, je suis plus fan de La cité de la peur. Je ne suis clairement pas dans la nostalgie de ces films, je ne l'ai d'ailleurs pas revu dimanche dernier.

      Supprimer
    3. Oui de même pour moi. Les Visiteurs c'est surtout que j'ai grandi avec ce premier opus, d'où la petite nostalgie.

      Supprimer
  2. Le temps était peut-être venu de ne pas donner naissance à ce projet mainte fois évoqué avant qu'un excès de nostalgie ne viennent le tirer définitivement de son sommeil. Je tenterais l'aventure, si je le peux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était largement dispensable, quand bien même Les Couloirs du Temps laissait une grande porte ouverte à une suite, on peut pas dire le contraire. Petit plaisir de retrouver Eric Levi à la musique, un brin fainéant toutefois (reprise des thèmes forts, reprise de Dies Irae, et pompage en règle des thèmes du Seigneur des Anneaux et Pirates des Caraïbes).

      Supprimer
    2. En effet, Eric Levi, de ce que j'ai entendu sur album, ne s'est pas foulé. Rien de neuf (mais peut-on raisonnablement employer le terme "neuf" quand on sait que tous les thèmes historiques sont plus ou moins des reprises - Mendelssohn ou Kamen pour la référence évidente à Robin Hood). Je reste sur la BO du premier.

      Supprimer
  3. idem... Ca se regarde sans plus, manque de gags plus diversifiés surtout

    RépondreSupprimer
  4. Pour ma part, je me suis ennuyée ! Ce nouveau volet est bien en dessous du premier. Et pour cause, les gags ne sont pas drôles, il ne se passe pas grand-chose et les dialogues sont plats.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés