Critique : Captain America - Civil War


Suite au massif monstre de Frankenstein qu'était Avengers 2, Captain America : Civil War fait s'affronter deux clans d'une armée divisée, daignant insuffler à cette machine bien huilée un peu de doute et de duels inattendus. Malheureusement, ce nouvel opus se révèle comme une simple bagarre de récré qui loupe bien trop souvent ses coups. Passons la réalisation des frères Russo, qui prouvent une fois de plus leur douloureuse tentative de combler le vide de leur filmage avec une caméra sur-vitaminée. Le film en lui-même tend constamment à rater l'essentiel : la relation entre le Captain et Bucky, cœur moteur de ce conflit, que seules quelques piètres anecdotes et autres vannes bien senties nourrissent. Lumière dans l'ombre, toute la réussite de cet épisode lorgne finalement hors de l'étreinte du protagoniste principal : les douleurs de Tony Stark, l'arrivée en force de Black Panther et Spider-Man... On assiste alors à quelques fulgurances jouissives, notamment la bataille de l'aéroport, climax prématuré regorgeant tellement d'idées que l'ultime partie qui le suit s'étouffe et freine des quatre fers, achevé par un ultime plan absolument dégueulasse. Loin du ballet tragique qu'on aurait espéré à tort, Civil War est plutôt un duel civilisé d'égos, la recherche perpétuelle de l'efficacité propre à Marvel cachant, comme dans la majorité de son écurie, une éternelle promesse.


Commentaires

  1. Le vrai ratage, c'est la fin en Sibérie, qui aurait dû être placé en milieu de programme. C'est véritablement à ce moment que s'exprime le mieux la guerre civile promise par le titre.
    Le reste est, d'un point de vue dramatique, parfaitement ennuyeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui en effet, totalement d'accord avec toi, cet axe-là en Sibérie avait toute sa place "avant" le climax de l'aéroport, la révélation émotionnelle de ce moment-là aurait de surcroît complètement apporté à cette bataille.

      Supprimer
  2. Pour moi le passage en Sibérie est nécessaire. C'est la réaction irréfléchie de Stark qui me fait rire. Bien la peine de critiquer un autre film pour une colère autour d'un prénom. Pour le reste pas aussi jouissif que cet autre film, mais parfaitement cohérent avec les autres films du Captain. Il faut quand même dire que c'est le seul personnage à avoir eu une trilogie solo de qualité. Puis le Baron Zemo est parfait tout comme Spidey et Black Panther.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne n'a dit que ce passage en Sibérie était inutile, mais qu'il intervient au mauvais moment. Il aurait du précéder l'affrontement à l'aéroport.

      Supprimer
    2. Je n'ai pas parler de passage inutile non plus venant de votre part. Perso je le trouve très bien placé car convient à un climax. Cela n'avait aucun intérêt de le mettre avant l'aéroport à mon sens.

      Supprimer
    3. On ne dit pas non bim la scène de Sibérie avant et bim la scène de l'aéroport après. On parle essentiellement de la "révélation" faite en Sibérie, qui là je persiste aurait été nettement plus efficace "avant" le combat épique de l'aéroport. Après on peut très bien laisser le climax sibérien en lui-même là où il est, c'est pareil, le conflit qui change d'échelle c'est bien.

      Supprimer
    4. "Pour moi le passage en Sibérie est nécessaire." Que doit t-on comprendre alors dans cette phrase ? Je vous le demande : QUE DOIT-ON COMPRENDRE ? ;)

      En tout cas, en cas de guerre civile sur ce billet, je me range du côté de Maxou ;)

      Supprimer
    5. Bah justement ça me paraît bien plus logique de la mettre pour le climax, histoire de finir en affrontement pur et dur. Et par nécessaire, je dis à ce moment là précis justement. Cela confirme d'autant plus que Zemo a réussi son plan: les mettre l'un contre l'autre tout d'abord par le biais de la loi de recenssement, de l'autre par celui plus émotionnel.

      Supprimer
  3. Je me range à mon tour du côté de Max. Le film me semble vraiment déséquilibré, pollué d'invités inutiles (suis-je le seul à trouver l'irruption de Spidey totalement nulle et non avenue ?). Le principal motif de satisfaction est l'apparition d'une Panther tout à fait convaincante et prometteuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravi ^^ Nous sommes sur Black Panther - étrange par contre d'introduire dans ce film, un Captain America, son big bang émotionnel... c'est qu'il volerait presque la vedette à tout le monde le bougre !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés