Critique : Solange et les Vivants


Transférant son personnage de Solange de la toile Youtube à celle de la salle obscure, Ina Mihalache livre avec Solange et les Vivants un objet aussi maladroit qu'atypique. De sa source en réseau, ce premier long-métrage se narre en mille-feuilles, découpé par les êtres vivants qui le font exister, conduit par la voix déroutante et instable de Solange. Peu naturel de prime abord, le film finit petit à petit par séduire avec sa sincère absurdité, tantôt hilarante tantôt touchante, souligné même par quelques réelles envies de cinéma dans sa forme un brin nourrissonne. Les répliques font mouche, tandis que la galerie éphémère de marionnettes insolites nourrissent une protagoniste de plus en plus sympathique. Solange et les Vivants, trip égo hésitant et singulier, forge la mythologie épidermique d'un personnage publique entre fiction et réalité, décuplant la taille de l'écran pour chercher sa réponse à l'existence.


Commentaires

  1. Je ne savais pas du tout qu'elle avait fait un film et j'avoue que je n'irai pas le voir, j'ai trop du mal avec cette Youtubeuse dépressive et donneuse de leçons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part je ne connaissais pas du tout cette chaîne Youtube avant de découvrir le film... Oui c'est particulier, mais il faut aussi prendre en compte que Solange est un personnage. Après on aime ou on aime pas ;)

      Supprimer
  2. Il y a une grande différence entre "donner des leçons" et affirmer / assumer des choix existentiels : Solange est clairement dans la deuxième catégorie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je plussoie totalement cette seconde catégorie.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés