Critique : Deadpool


Omniscience super-héroïque nourrie à la scatophilie méta, Deadpool nous avait promis beaucoup avant même sa projection en salles. Vendu à l'excès, il n'est guère étonnant que le résultat final soit plutôt tiède. Quelle déception de voir le fil rouge du récit, son essence mutante, reposer autant sur une banale histoire d'amour - le héros est originellement si sociopathe que cela relèverait presque du foutage de gueule. Alors oui, le protagoniste s'en moque ouvertement en brisant le quatrième mur, comme il se moque de tous les défauts concrets du film pour mieux s'en disculper, mais cela est bien trop facile mon bon saigneur !... Qu'importe finalement, car difficile de bouder la transgression ambiante du film, souvent jouissive, qui bousille les lois de la narration et crache toutes sortes de substances sur l'influence Marvel. Certes le manque de budget transpire à l'image, et quelques rires nous sont imposés le flingue sur la tempe, mais Deadpool, satyre contemporaine bon-enfant, demeure assez corrosif pour plaire, porte ouverte à un Hollywood moins coincé du froc.


Commentaires

  1. Pas sympathique du tout en ce qui me concerne. Encore moins "bon-enfant" au regard du traitement physique et verbal qu'il inflige à ses congénères. Je pense que mon principal handicap aura été d'être totalement hermétique à l'humour gras du héros en lycra qui se la pète. Mieux vaut sans doute se remater les folles aventures du "Capitaine Orgazmo".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait qu'on puisse être totalement hermétique au fumet graveleux de Deadpool, ce n'est pas pour tous les goûts ! Mais personnellement j'ai passé un bon moment, et j'en n'attendais déjà pas tant.

      Supprimer
  2. Un excellent film qui a le mérite de jouer pleinement sur le personnage qu'il adapte. Rien de subversif comme certains le disent à longueur de tweets ou critiques, pour la simple et bonne raison que ce n'est jamais ce que cherchait à faire le film. Le but était de proposer un spectacle fun, débridé et violent, ce qu'il est en tout point et tant mieux. Ce que n'a jamais été non plus un certain Kick ass que beaucoup appelent subversif. Désolé pour eux, mais s'ils veulent voir cela, c'est vers James Gunn qu'il faut se tourner et par chez ses gardiens. ;) L'humour gras ne fonctionnera pas sur tous les spectateurs, il n'en reste pas moins que je me suis fendu la gueule durant tout le film et surement parce que je l'ai vu en vo. De plus, j'aime bien le fait de contredire complètement le contenu des films des superhéros habituels. Le mec veut juste sauver sa copine! C'est terriblement classique mais ça fonctionne, car le film vise petit et pas trop gros comme Age of Ultron qui part dans tous les sens. Et maintenant vivement l'Apocalypse! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas été si enthousiaste que toi, mais la subversion c'est un peu son but quand même, non ? "Contredire complètement le contenue des films de super-héros habituels", comme tu le dis, frontalement même. C'est subversif, donc, en définition. Mais oui d'accord pour Kick-Ass.

      Supprimer
    2. Non ce n'est en rien son but. Il y a une différence entre jouer avec un univers (celui de Marvel) pour faire quelque chose d'autre. Rien de subversif là dedans et le film n'a jamais vendu ainsi.

      Supprimer
    3. Oui non je vois ce que tu veux dire, évidemment que l'essence du film ne repose pas sur la moquerie. Mais bon il se moque quand même un peu, il reste un tout petit peu subversif même si à proprement parler ce n'est pas un film subversif ;)

      Supprimer
    4. Pas tellement il se joue de l'univers à l'image du personnage qu'il adapte. Si le film avait été subversif il aurait critiqué tout l'univers Marvel de fond en comble en essayant de renouveller totalement le concept de comic book movie. Ce qui n'a absolument jamais été dans son intention.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés