Critique : The Hateful Eight / Les Huit Salopards


Hôte d'un rituel oublié, Quentin Tarantino fait de sa huitième œuvre un jeu de patience sauce grand-huit où la pureté de la neige se voit (littéralement) éclaboussée de gerbes écarlates. Dès son premier plan-séquence christique, The Hateful Eight est une hémorragie de cinéma, déambulation de signes iconiques qui hantent encore l'Amérique aujourd'hui, glorieusement chatouillés par le cinéaste. Ce dernier a beau conserver ses influences aux confins du mystère et de l'horreur, tels les spectres hybrides de Rope et The Thing, il livre enfin l'esquisse d'une autonomie singulière, ignorant timidement son maniérisme "cool", réalisant le fantasme du soutien original de Morricone, une aube épurée de la maturité de son cinéma. Tout ça ne fait qu'exploser un peu plus fort ses quelques coups de folie grand-guignolesques, auberge rouge scintillante dans l'enfer blanc de riches joutes verbales. Tarantino ne cède malheureusement pas à tous ses tics, découpant toujours son histoire en chapitres, dispensables coups de hachoir qui anesthésient quelque peu le brûlant poison de son récit, long au démarrage mais définitivement happant. Porté par une grisante galerie de gueules, ménestrels de répliques au cordeau, The Hateful Eight est un pur moment de cinéma, imprévisible classicisme qui de son huit-coups n'épargne aucun salopard.


Commentaires

  1. Je suis contente de voir ton enthousiasme, ça fait plaisir ! :) J'ai adoré ce film, même si je comprends qu'il puisse dérouter et décevoir. J'ai trouvé la mise en scène très maîtrisée, l'écriture maligne, les acteurs vraiment excellents, les personnages puissants, la musique de Morricone fabuleuse. Un QT sombre, bien foutu et mature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes complètement d'accord ! Un film d'une précision chirurgicale, et oui mature, ça fait pas mal de bien de voir le Tarantino se poser un peu, on prend un vrai pied en salles !

      Supprimer
    2. Je vous rejoins tous les deux, un de ses meilleurs je trouve :)

      Supprimer
    3. Je lui préfère son premier film, Reservoir Dogs, mais oui dans son trio de tête avec Pulp Fiction je pense ! :)

      Supprimer
    4. Oui avec Jackie Brown aussi mais Les Huit salopards est même meilleur que Pulp Fiction car beaucoup plus régulier. J'ai revu Pulp Fiction il y a peu de temps il est descendu un peu dans mon estime et j'en suis fort déçu :(

      Supprimer
    5. Ah ? Redécouvert en Blu-Ray il y a pas très longtemps, toujours aussi fun, après en effet toute cette destructuration - encore plus problématique et gratuite dans Inglourious - peut titiller avec le temps.

      Supprimer
    6. ...Et il faudrait que je revois Jackie Brown, le Tarantino qui m'enthousiasme le moins, un peu long mais oui plus régulier, et j'ai de très bons souvenirs de Michael Keaton et du duo Jackson/De Niro notamment.

      Supprimer
    7. Sur le moment, je ne savais pas où "classer" Les Huit Salopards mais plus le temps passe, plus je me dis qu'il fait vraiment partie de ses meilleurs. Là les gens sont déçus et tout ça mais je pense que c'est un film qui sera apprécié avec le temps :)

      Supprimer
    8. J'en profite, après lecture de cet excellent billet, pour rejoindre le camp des "pour" afin de mettre mes colts au service de ce grand film de Tarantino dont la noirceur n'a pas fini de nous éclabousser à la figure. A la chanson de geste westernienne, il ajoute en effet la chanson de verbe que ses "ménestrels" (joli coup) viennent déclamer sur des tons graves ou sarcastiques. Comme le dit Tina, je pense qu'il se laissera mieux apprécier avec le temps.

      Supprimer
  2. Un bon Tarantino bénéficiant d'une ambiance magnifique. Dommage qu'il se laisse aller par instant à des dialogues inutilement interminables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pas trouvé qu'ils soient interminables les dialogues contrairement à ces deux précédents films. Ils sont structurés comme une pièce de théatre et un jeu virtuose qui mène a un final attendu mais superbement maîtrisé. Il a toutes les qualités du cinéma de Tarantino ce film et même formellement :)

      Supprimer
  3. Il était temps que Tarantino fasse un vrai film. 21 ans quand même. Une bonne réalisation, un scénario de qualité, un casting au top, juste pas été époustouflé par la Bo (et pourtant Ennio Morricone est un grand artiste, mais j'ai connu mieux) et quelques lourdeurs dans la mise en scène parfois.

    RépondreSupprimer
  4. Excellent, comme toujours chez QT... Mais son 8ème film est effectivement le 8ème !

    RépondreSupprimer
  5. Excellent nouveau film de Tarantino pour moi également, j'avais un peu peur du résultat au vue de l'interminable scène d'ouverture avec cette croix en premier plan et la diligence qui arrive de très très loin, au final les 3h du film passent à une vitesse folle tant les dialogues sont excellents.
    Je ne comprends pas pourquoi il y a eu des critiques négatives affirmant que Tarantino a fait de la caricature de lui même dans ce film... Pour moi il reste fidèle à lui même et à son style si particulier, offrant des plans magnifiques en extérieur et très immersifs en intérieur, tout a une logique, tout a une raison même le plus petit des détails, proposant une nouvelles fois huit personnages plus qu'atypiques, comme on en voit trop rarement au cinéma.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés