Critique : Sicario


Après l'excellent Prisoners, Denis Villeneuve renouvelle sa association avec la grande photographie de Roger Deakins pour Sicario, thriller de toutes les frontières à l'intensité folle, à la brutalité insidieuse, et à la maîtrise profondément tragique. Dès la scène d'ouverture aride et ultra-violente, Villeneuve met d'emblée le spectateur sous-tension pour ne plus jamais lâcher la pression, enterré dans les doutes et l'inconnu qui noie constamment le personnage de la fantastique Emily Blunt. La complexité apparente d'un intrigue simple nous étouffe, effrayante de suggestions et de fatales expectatives, un moteur constant qui pompe la veine policière du film et le transforme en véritable film d'horreur, fort du mystérieux sicaire Del Toro, des corps éventrés pendus tels des spectres banalisés, et de cette ambiance oppressante que Johan Johansson électrifie. Et alors que la vérité s'installe, un plan magistral, où les flics plongent en contre-jour dans les ténèbres de l'horizon, impose définitivement Sicario comme un grand morceau de pur cinéma qui nous prend à la gorge et nous enfonce dans l'infernal surnaturel de notre monde perdu.


Commentaires

  1. Un très beau film crépusculaire, en effet. Dennis Villeneuve est définitivement un grand cinéaste, ainsi qu'un exceptionnel créateur d'atmosphère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui un excellent créateur d'atmosphère, j'ai vraiment hâte de voir ce qu'il va nous faire avec la suite de Blade Runner !

      Supprimer
    2. J'attends également énormément Story Of Your Life. Son résumé, en tout cas, m'interpelle.

      Supprimer
    3. J'avais oublié ce projet, en effet le synopsis est terriblement intrigant !

      Supprimer
  2. Un film où la promotion s'est vraiment trompé de personnage à mettre en avant. Car le héros n'est pas Emily Blunt. Son personnage c'est le spectateur dans la salle de cinéma. Elle agit de temps en temps mais elle reste spectatrice. Le vrai héros c'est Benicio del toro avec ses zones d'ombre et son attitude même. D'autant que l'acteur est réellement magnétique. Bonne réalisation aussi de Dennis Villeneuve qui réussi à mettre en scène un film au pitch simple mais terriblement efficace.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faux, mais finalement son intimité s'immisce dans le jeu dans lequel est elle impliqué, elle n'est pas si distante que ça, j'aime bien son personnage. Mais oui elle ne vaut pas au final la texture intense de celui de Del Toro.

      Supprimer
  3. Je n'ai pas forcément adoré ce film, mais j'ai bien aimé ce film vraiment bien foutu et sacrément intense, et avec un Benicio Del Toro formidable. En revanche, bien que je n'ai rien contre l'interprétation d'Emily Blunt, je n'ai pas adhéré à son personnage, trop à la ramasse (du coup je ne trouve pas ses réactions très réalistes).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui des fois son intensité est terrible, je pense à la scène du transfert de prisonnier, quelle force !

      Supprimer
  4. Villeneuve confirme tout le bien que je pensais d'Enemy. Un des prétendants au meilleur film de l'année. Hâte de le voir à l'oeuvre sur la suite de Blade Runner !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui Enemy est un grand film ! Villeneuve fait progressivement parti des grands, s'il réussit Blade Runner 2, il le sera définitivement !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés