Critique : Terminator Genisys


"You're just the relic of a deleted timeline" : le temps d'une petite réplique, Terminator Genisys a la mérite de prendre conscience de sa machinerie incontrôlable, ne serait-ce que pendant quelques secondes. Suite ou reboot, ce nouvel opus en a cure, décidé à moderniser la licence dans un grand spectacle foutraque jouant la révision insolente, la dérision burlesque et le sur-développement cache-misère. Le film a beau tenir son rythme deux heures durant, difficile de céder face à notre Arnold réduit aux punch-lines démesurées, explications superficielles et autres cascades numériques, clown mécanique d'une Emilia Clarke pas crédible une seconde l'arme à la main aux côtés de Jai Courtney aussi charismatique qu'une palourde. Le minimum de surprises ayant été mis sous les projecteurs au sein de sa promotion massive, l'outrance bornée de Terminator Genisys n'étonne guère mais, finalement, n'irrite pas pour autant, spectacle aussi imbécile que survolté où, sous son tissu obsolète, se cache une machine trop huilée qui ne laisse pas de place à l'ennui.


Commentaires

  1. Je crois que celui là je vais l'avoir longtemps en travers de la gorge. Un vrai drame qui te rend bien tristement nostalgique d'un temps que je n'ai pu connaître. C'est au combien dramatique de ce film pompeux, mal joué (sauf Emilia Clarke), mal réalisé, aux moments de bravoure inexistants, aux cgi qui n'ont rien d'innovants et enterrant définitivement la franchise. Un drame.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait même Emilia Clarke je l'ai pas trouvé crédible, flingue à la main on dirait une gamine tenant un jouet trop lourd, puis elle crie, encore et toujours... Décevant, je l'apprécie en Daenerys :( Après pour être franc avec toi j'en attendais bien pire.

      Supprimer
    2. Bah initialement elle est censée avoir 19 ans! :D Pour le reste je l'ai trouvé très crédible en tous cas bien plus que tous ses collègues. Perso je l'attendais au début et c'est parti en couille au fil des mois avant l'apocalypse de mercredi. Je suis ressorti énervé à l'image de Die hard 5. Ça m'a fait mal au ventre.

      Supprimer
    3. Ça n'a pas été aussi violent que le foutage de gueule Die Hard 5 pour ma part, mais je comprends ta détresse, faut pas déconner avec l'original !!! ;)

      Supprimer
    4. Bah à mon sens si. Car Die Hard 5 ne représentait déjà plus John McClane. Le 4 l'avait déjà prouvé. Au final c'est surtout un film de merde avec écrit Die Hard sur l'affiche. Mais là, Alan Taylor est tellement un misérable tâcheron qu'il en vient à pomper des plans et arcs narratifs de ses aînés en se prenant mieux qu'eux. Et ça ça me fait mal.

      Supprimer
    5. Bon en même temps pomper des plans c'est son concept. Concept pas très honnête.

      Supprimer
    6. Et le pire c'est qu'il pompe mal sans compter le postulat de la série Sarah Connor Chronicles repris à l'identique jusqu'à l'autoroute! Mais bon si je dois retenir une scène pitoyable parmi tant d'autres ce serait la séquence Cops. Facepalm ultime.

      Supprimer
    7. Ah mais oui c'est vrai c'est ce que je me disais il y a déjà bien cette scène de l'autoroute dans Sara Conor Chronicles !... J'avais oublié cet exemple, la scène d'arrestation sur fond de 'Bad Boys Bad Boys' est en effet juste pathétique.

      Supprimer
    8. Ils ont juste changer 2007 par... 2017! Et si on regarde bien le principal enjeu est le même que celui du 2: détruire Cyberdine à la source. Ils ne se sont vraiment pas foulés.

      Supprimer
    9. Patrick Lussier, cher confrère, Patrick Lussier... ;)

      Supprimer
  2. "une machine trop huilée qui ne laisse pas de place à l'ennui." Ben pourtant, il a réussit à trouver du temps pour m'ennuyer celui-là.
    Pour le reste, je suis d'accord... sauf peut-être concernant la performance d'Emilia Clarke. Certes, difficile de passer après l'époustouflante performance de Linda Hamilton qui sera, à tout jamais, Sarah Connor. Néanmoins, son interprétation a le mérite de respecter cette incrédule innocence et cette violente maturité qui tiraille sans cesse le personnage.

    Mais bon, il n'y pas là non plus de quoi se relever la nuit - d'autant plus que la chaleur se révèle actuellement bien plus compétente dans ce domaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la prestation d'Emilia Clarke est loin d'être consternante, pour sûr... juste un manque de crédibilité pour un tel rôle en fait. Oui ok la Sarah Connor du 1er Terminator est jeune, frêle... mais elle a quand même passé 15 ans d'entraînement avec le "pap's" dans celui-ci quand même. Trop mignonne pour ça peut-être ^^

      Sinon oui y'a pas de quoi se relever la nuit... toi aussi tu as quelques suées nocturnes ? ;)

      Supprimer
    2. En effet, j'ai été victime de quelques suées nocturnes. Mais j'ai connu un film qui m'en a donné bien davantage.
      Sinon, je constate qu'on craque (un peu) pour la petite Emilia ;)

      Supprimer
    3. Un tout petit peu ;) Quel film t'a fait tant suer ?

      Supprimer
    4. Pffffff le mec qui suit bien la conversation... :)

      Supprimer
  3. Pas grand chose à sauver de ce navet retro-futuriste qui, comme tu l'as très bien écrit dans ton article, s'empêtre bien vite dans un fatras de péripéties absurdes tout en se répandant en répliques minable. Comme 2flics, j'ai aussi du mal à légitimer Emilia Clark en Sarah Connor, le seul ayant encore un semblant de vraisemblance étant Schwarzy qui semble prendre un plaisir pervers à flinguer son personnage de l'intérieur. Un film à mettre dans la même poubelle qu' "Alien 4".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord !... Sauf sur Alien Resurrection, je plains ce 4e opus que j'apprécie, de le voir enterré par autant de monde ça me fait de la peine ^^

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés