Critique : Inside Out / Vice Versa


Pixar revient en force avec Inside Out, nous livrant une idée originale aussi pétillante qu'intelligente. À travers ce voyage subjectif au cœur des neurones d'une jeune fille en pleine maturité, Pete Docter nous offre sur un plateau d'argent les essences premières du studio, l'inventivité et l'émotion, moteurs d'une aventure au dynamisme constant, bourré d'idées pétulantes (les rêves mis en scène dans un studio de cinéma, la zone des pensées abstraites... brillants !), de répliques hilarantes et d'arrières-pensées grisantes. Aussi enfantin soit-il dans la représentation primaire des émotions et son design sommaire, la force du film réside dans son rapport frontal avec les questions sensibles d'une enfant qui grandit : les larmes menacent alors lorsque se dessinent les fissures de la fin de l'innocence et l'étreinte essentielle de la tristesse. Les plus petits ne seront pas les plus réceptifs tant le film nous fait remonter à nous, adolescents, adultes, l'effluve de souvenirs que nous avons tous un tant soit peu connu, touchants et cruels, traités avec une simplicité poignante. Seul le regret d'une interaction mineure entre les différentes subjectivités ressort d'Inside Out, mais les trésors thématiques déterrés par Pixar sont tellement nombreux et forts, humbles et revigorants, que l'on admire encore et toujours les ressorts inépuisables de ce studio d'animation qui n'a pas fini de faire rêver l'enfant et l'adulte dans le même cocon.



Commentaires

  1. Une réussite indéniable dont certaines scènes sont confondantes de photoréalisme (je pense au passage du bus qui m'a paru très réel) et pas aussi compliqué que ce que son concept peut l'être. C'est visuellement précis, le pari couillu fonctionne et la musique de Michael Giacchino (mais quand se repose t-il?) est toute douce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, il n'y a pas de raison de se plaindre du côté sommaire du design subjectif - déjà totalement logique - tant le côté extérieur est superbement réalisé. Le tout est d'une simplicité bouleversante.

      Supprimer
    2. Ensuite il est logique que le côté cartoon soit central pour ce qui est de la partie cerveau, car renvoie à l'imagination. En tous cas j'ai hâte de voir de The good dinosaur après ce magnifique Inside Out. Par ailleurs autant j'ai trouvé la 3D inintéressante sur Inside out autant sur le court-métrage Lava c'était magnifique.

      Supprimer
    3. Punaise mais moi je n'ai pas eu le court-métrage, c'est fou ça !!! Ça fait plusieurs coups que mon CGR ne le passe pas avant un Pixar !

      Supprimer
    4. Bah merde alors! Moi je l'ai toujours eu sans exception. Au pire va le revoir dans un autre ciné si tu as l'opportunité bien sûr.

      Supprimer
  2. Je n'ai qu'une hâte c'est d'aller le voir !!!
    Et comme je suis dans la même région que borat, j'aurai aussi droit à Lava :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une petite pépite, tu m'en diras des nouvelles !! ;)

      Supprimer
  3. Une très belle réussite, je trouve surtout dommage que 75% du film soit sans rire, ça reste extrêmement mélancolique (mon fils de 6 ans en a été déçu)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, le film demeure extrêmement mélancolique, et c'est ce qui fait sa force je trouve personnellement ;) En effet pour le coup ce ne sont pas les enfants qui cerneront le plus ce dernier cru Pixar.

      Supprimer
  4. Drôle, touchant, émouvant, bouleversant. Le film de l'année (et oui, rien que ça ;) ) ponctué, en effet, de mille est une trouvailles prodigieuses.
    Et puis un grand bravo à Giacchino, qui signe, lui aussi, une magnifique partition.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet une magnifique partition de Giacchino, pétillante et toute douce, ces quelques notes de piano me restent encore dans la tête !

      Supprimer
  5. Dans l'ensemble j'ai bien aimé ce nouveau Pixar même s'il ne s'agit pas non plus d'un coup de coeur en ce qui me concerne. En gros, parmi mes bémols, je m'attendais à plus émouvant et je l'ai trouvé un peu trop compliqué pour des mômes alors qu'on sent que les studios ont voulu le rendre accessibles aux plus jeunes...
    Et j'ai finalement réussi à voir Lava, je n'ai pas du tout aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'ils auraient pu encore plus pousser ce côté compliqué, sensible, sous-entendu, mais après avec le recul cette "accessibilité" est tout à fait normale, c'est déjà tellement beau cette inventivité, la coupler à quelque chose de plus enfantin c'est une astuce très intelligente je trouve :)

      Supprimer
    2. Justement je le trouve compliqué pour des gosses... même si effectivement paradoxalement d'autres points ne sont pas poussés (oui c'est un peu le bordel dans ma tête, écrire ma critique va être un casse-tête, beaucoup d'idées se basculent dans ma tête). Je veux dire, honnêtement, j'aurais vu ce film gamine j'aurais rien capté je pense...

      Supprimer
  6. Dernière merveille signée Docter. L'intelligence réanimée dans les studios de la petite lampe, c'est la meilleure nouvelle de l'année. Sans forcément le mettre en tête de liste au palmarès, "vice-versa" est à mes yeux également une grande réussite. Mon fils de 12 ans a adoré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord ! Une grande réussite qui certes ne dépasse pas Wall-E ou Toy Story 3 mais les côtoie de très près.

      Supprimer
  7. HE HE maintenant j'ai le DVD :)
    J'en profite pour te souhaiter une année 2016 très sympatique pleine de réussite (et pas au jeu de carte mais dans la vie!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Génial, tu me diras des nouvelles de cette pépite ! ;) Encore bonne année et plein de bonnes choses pour toi !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés