Version Longue : The Frighteners / Fantômes Contre Fantômes



UN POLTERGEIST DANS LA CHAMBRE
version intégrale
(+35sec)

La première scène du film à gagner quelques ajouts est celle où Lucy et son mari Ray ont une discussion mouvementée dans leur chambre à coucher, avant de subir l'attaque d'un poltergeist...

Alors que Ray s'approche de sa femme pour la dorloter, il ajoute qu'il leur a réservé une table au restaurant Excalibur, leur table préféré, annonçant que la date anniversaire de leur mariage approche. Et Lucy semble l'avoir complétement oublié...


Juste après, alors que les deux tourtereaux se font attaquer par les fantômes... Une petite scène inédite très drôle où Lucy et Ray sursautent alors qu'une ombre menaçante apparaît dans le couloir et s'approche d'eux : mais ce n'est rien d'autre qu'un poulet éclairé par une lampe, quels farceurs ces poltergeists.




RETOUR AU BERCAIL
version intégrale
(+1mn)

Alors que Frank rentre chez lui avec sa team spectrale, et que Stuart reste bloqué à travers la porte... Ici la scène continue plus loin : Cyrus aide Stuart à se dégager de la porte de manière très cartoonesque. Le fantôme à lunettes commence alors à se plaindre de ses conditions de travail, qu'il est trop gentil avec Frank, et que tout ceci va dorénavant changer. Frank le prend au mot, mais Cyrus ne semble pas dupe : il conseille alors à Stuart de crier "Frank, donne-moi ce que je veux ou je te botte le cul !" - ceci en passant son visage à travers une lampe et qui prend feu, ça fait son petit effet.




SOUS LA DOUCHE
scène inédite
(+35sec)

S'ensuit une courte scène inédite prend une douche dans des conditions assez déplorables. Cyrus vient lui rendre visite en passant sa tête dans l'évacuation d'eau et insiste pour qu'ils parlent. Gêné et énervé, Frank lui met des coups de pieds, mais rien n'y fait. "Il faut que je pisse, lui dit alors Frank, et je compte pas sortir de la douche". Cyrus est alors convaincu, et s'en va.





FACE SPRAY
version intégrale
(+25sec)

Juste après, alors que Frank entame une discussion avec ses fantômes... Avant que Frank ne jette du spray anti-mouches sur le visage de Stuart, un petit supplément le montre se diriger vers le fantôme à lunettes : il lui traverse alors le corps pour récupérer le spray derrière lui. "Ne me traverse pas lorsque je te parle !" lui supplie Stuart... là reprend le montage cinéma et le spectre se retrouve aspergé.



À noter qu'à la fin de la séquence, nous avons un plan inédit où l'on voit Frank couper quelques palettes de bois sur son toit incomplet - bois qui servira pour son feu de cheminée dans la scène qui suit...




LA MORT REND VISITE
scène inédite
(+30sec)

Après une discussion avec le vieux fantôme du juge, une courte scène inédite nous montre Frank se faire attaquer par la Mort... qui n'est autre qu'une blague de Stuart et Cyrus, cachés sous un costume. Frank prend très mal la plaisanterie. "Peut-être qu'on devrait utiliser un drap blanc la prochaine fois" interroge Stuart, ce à quoi Cyrus répond "Y'aura pas de blanc, mon frère !"... Très drôle s'il en est, cet ajout tend à casser la première vraie apparition de la Mort.






"IL EST TEMPS DE FAIRE SÉRIEUSEMENT PEUR !"
scène inédite
(+55sec)

Séquence suivante, le lendemain matin... Une scène inédite montre Frank récupérer son courrier que lui amène le facteur : la banque réclame 15 000 $ ou la maison est vendue. Frank enchaîne alors une discussion mouvementée avec ses fantômes, leur demandant des efforts de frayeur pour récupérer plus d'argent. Il considère l'exemple du poulet comme totalement ridicule. "Il est temps de faire sérieusement peut" conclue-t-il... Ce supplément montre un peu mieux à quel point Frank est attaché à sa maison (construite à la base pour sa femme avant qu'elle ne meurt), et les problèmes financiers qu'il rencontre.





"ALLONS BOTTER QUELQUES CULS !"
version intégrale
(+20sec)

S'ensuit la scène où Stuart et Cyrus vont attaquer la maison bourgeoise et faire voler les bébés, qui apparaît maintenant comme une tentative plus désespérée...

Alors que les deux fantômes parlent devant la maison, la scène commence plus tôt dans l'action, les compère discutant stratégie : combien de personnes dans la maison, sorties de secours, etc... Ils sont coupés dans leur conversation par une femme qui passe : chose rare, nous avons là un caméo de la scénariste Fran Walsh, la femme très discrète de Peter Jackson... Puis le montage cinéma reprend alors.





"LA MORT EST PARMI NOUS, FRANK"
scène inédite
(+1mn25)

Juste après la séquence des bébés, une scène inédite nous dévoile Frank en voiture accompagné du fantôme du Juge. Alors que la circulation coince ("trop de corbillards dans cette foutue ville" se plaint Frank), le vieux spectre insiste alors sur la présence de la Mort sur la ville. Bien sûr, Frank ne l'écoute pas. "Je croyais que tu avais du caractère, mais là je ne vois pas grand chose !" lui crie le Juge. Frank entend à lui montrer le contraire : il se lance alors dans une course folle à travers la circulation !




Ils arrivent alors devant la maison bourgeoise. Frank sort de la voiture en laissant seul le Juge, lui disant "Reposez vos vieux os !".




PETER LE PUNK
version intégrale
(+5sec)

Lorsque Frank sort des locaux de la gazette, la scène où celui-ci heurte un punk - joli caméo de Peter Jackson - se voit un peu rallongé... Peter lui rajoute un doigt d'honneur et le traite de "trou du cul".




L'ENTERREMENT DE RAY
version intégrale
(+15sec)

Alors que Frank emmène le fantôme de Ray à son enterrement, leur arrivée au cimetière est légèrement rallongé... Un ajout montre Ray tenter d'ouvrir en vain la porte de la voiture, mais sa main ne fait que traverser la poignée. Frank le pousse et le fantôme se retrouve éjecté à travers la porte hors du véhicule.





"UN BISOU POUR TON GROS LAPIN ?"
scène inédite
(+40sec)

Plus tard dans le film, après que Lucy ait rendu visite à Frank emprisonné au commissariat... Une scène inédite nous montre Lucy sortir du bâtiment et rentrer dans sa voiture, où l'attend le fantôme de son (ex) mari. Ray n'a toujours pas conscience de son invisibilité, et prend l'attitude de Lucy pour du rejet alors qu'elle n'est exaspérée que par la détention de Frank. Ray s'énerve tout seul, puis s'excuse. "On a une super relation tu sais, dit-il, c'est juste que dernièrement t'es pas à 100% !".




STUART & CYRUS AU COMMISSARIAT
scène inédite
(+1mn45)

Suite à l'interrogatoire musclé de Frank par le psychédélique agent Dammers... Une scène inédite nous montre les fantômes Stuart et Cyrus entrer dans le commissariat. Dans un long travelling latéral, les deux spectres traversent les pièces à la recherche de Frank, croisant au passage un de leurs anciens camarades de cellule. Ils finissent par retrouver leur compère, mais celui-ci fait mine de ne pas les entendre. "Il n'y croit plus" dit alors Cyrus avant de partir... Pendant ce temps, l'agent Dammers observe patiemment l'attitude de Frank derrière la porte de la cellule. L'agent dit à un policier que le prisonnier est en phase d'acceptation, qu'il avouera prochainement sa culpabilité et qu'il se suicidera probablement avant son procès. "C'est ce qu'il font tous" dit-il.







LUCY VISITE LA MAISON DE FRANK
version intégrale
(+30sec)

Peu de temps après, la séquence où Lucy visite la maison délabrée de Frank se voit rallongée... Un ajout nous montre le fantôme de Ray trouver un plan de leur propre maison. Il tente alors de convaincre Lucy qu'il a tenté de les piéger, mais celle-ci ne l'entend évidemment pas. Le spectre parvient à saisir un post-it, et secoue la main pour le décoller : Lucy aperçoit alors le bout de papier virevolter et fait attirer son attention sur une bâche menant à l'extérieur... Le montage cinéma reprend alors.





"UNE CARTE ROUTIÈRE DE LA DOULEUR"
version intégrale
(+1mn50)

Plus tard dans le film, la séquence où l'agent Dammers emmène de force Lucy au cimetière se voit ici nettement rallongée, développant un peu plus l'histoire ambiguë de l'agent... Alors que Lucy crie sur Dammers, un premier supplément montre ce dernier porter le tatouage d'une croix gammée sur sa paume gauche. Devant le regard interrogateur de Lucy, Dammers parle de son infiltration dans le groupe du tueur Charles Manson : "J'ai connu Charlie. Spahn Ranch, 1969. Ma première mission. J'étais l'esclave sexuel de la famille pendant 6 mois. 6 mois ! Au service de mon pays, déguisé en sale hippy !".



Lorsque Dammers montre son poitrail mutilé à Lucy, celui-ci continue à détailler ses expériences passées dans un nouvel ajout : "1974, les Enfants de Lucifer. Trois ans d'infiltration à boire du sang de chèvre... 1981, j'ai infiltré le Culte des Morts. J'ai pratiqué des rites cannibales, des danses orgiaques menant au douloureux seuil de l'érotisme physique intense... J'ai supporté la douleur extrême, mais je ne céderais pas !"... Le personnage de l'agent prend alors ici une toute autre dimension avec la crudité de ses anecdotes horrifiques.



À noter que dans le plan ci-dessous, dans la version cinéma, la croix gammée s'était retrouvée effacée de la paume de Dammers. Elle retrouve ici sa place.




PATRICIA & JOHNNY
version intégrale
(+30sec)

Alors que Lucy va voir Patricia dans la demeure de sa vieille mère, et que la tueuse se retrouve en communication avec le fantôme de Johnny... Le passage où le serial-killer demande à son ancienne compagne de choisir un couteau se voit un peu rallongé : Patricia teste la lame de son choix en poignardant le fantôme de son compagnon, tous deux prenant leur pied comme s'ils faisaient l'amour... Le sadisme très érotique de ce couple n'en n'est que décuplé.





L'HÔPITAL DE FAIRWATER
version intégrale
(+1mn30)

Le climax du film au sein de l'hôpital de Fairwater se voit garni de quelques ajouts... Un premier montre Frank et Lucy se cacher dans les cuisines de l'établissement, alors poursuivis par Patricia armée d'un fusil. Ils tentent de rester hors de la vue de la tueuse qui fouille la pièce, dans ce qui ressemble à une belle référence à la scène des cuisines de Jurassic Park.



Plus tard, lorsque Frank se cache sous un lit de l'ancienne chambre des malades et subit une vision du passé... Alors que Johnny est sur le point de tirer sur un des docteurs, il ajoute avant d'appuyer sur la gâchette : "Je crois qu'on a un volontaire !".


Quand Frank tente de pénétrer la chapelle et se fait interpeler par l'agent Dammers... Après que ce dernier ait jeté les cendres de Johnny, il se lance dans un nouvel ajout dans une courte analyse psychologique de Frank avant de lui tirer dessus : "Votre disposition psychologique a rendu nécessaire l'interprétation de vos tristes défauts comme un combat entre le Bien et le Mal, de façon à combler votre pathétique besoin d'auto-glorification".


Dernier supplément de cette séquence : après que Frank soit douloureusement tombé à travers le plancher, celui-ci subit une nouvelle vision. Il se retrouve dans la salle d'opération, et voit Johnny et Patricia jouer sur les tables de chirurgie, commençant à faire l'amour, aspergés du sang de leurs victimes.





ILS FURENT HEUREUX...
version intégrale
(+25sec)

L'échange entre Frank et le shérif à la fin du film se voit légèrement rallongé... Le représentant de la loi ajoute de nouveaux détails concernant l'affaire, que Patricia utilisait des planches Ouija depuis 5 ans pour essayer de communiquer avec Johnny, qu'elle a été mise sous tranquillisants pendant cette période par sa mère, etc... Le dialogue de la version cinéma reprend alors.





La version longue de The Frighteners est, selon les dires de Peter Jackson himself, plutôt un "Fun Cut" qu'un "Director's Cut". Loin de changer drastiquement les choses tel un Seigneur des Anneaux, c'est en effet une façon de définir ce nouveau montage, les quelques ajouts ici et là poussant un peu plus loin les deux caractères majeurs du film : la comédie et l'horreur. Derrière les caméos, quelques gags inédits nous sont ainsi présentés, petits bonbons à effets spéciaux non-négligeables qui améliorent notamment la relation entre Frank et ses fantômes. L'agent Dammers se voit aussi plus fouillé, ses nouveaux monologues densifiant la folie palpable du personnage et notre malaise devant l'ambiguïté de ses anecdotes. Cette nouvelle version pousse donc un peu plus les limites du genre invoqué, rendant le film un brin plus cru, notamment l'essence du duo de tueurs Johnny et Patricia qui atteint ici un degré quasi-érotique. Loin d'être "indispensable" en face de la version salles, la version étendue de The Frighteners à le mérite d'être plus fun et pousser plus loin les ressorts maléfiques, ce qui finalement pousse l'œuvre vers le haut.



Commentaires

  1. J'aime énormément ce film, je serais curieuse de le découvrir dans sa version longue, en tout cas, ta chronique m'a donnée envie de le redécouvrir du coup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as apprécié le film, tu prendras beaucoup de plaisir à découvrir ce nouveau montage je pense ! Content que cela te donne envie de le revoir.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés