Critique : The Innocents


Encore aujourd'hui pilier inébranlable du cinéma fantastique, The Innocents adapte avec brio un classique de la littérature britannique dans l'ectoplasme du gothique monochrome, se révélant aussi poétique qu'insidieux. L'éternelle force du film est la maîtrise parfaite de Jack Clayton des différentes échelles fantastiques, le doute viscéral de l'élément surnaturel nourrissant la pertinence radicale des multiples motifs qu'il soulève, prières au temps qui passe, aux perversions du reflet et à leur infection. Les fantômes du passé s'incrustent autant dans le psyché des protagonistes que dans la forme même du film, des sublimes jeux de focales aux manipulations stagnantes du fondu enchaîné, structurant une pure œuvre de la contamination et de l'obsession. Tandis que le malaise s'installe sur une comptine envoûtante, l'ambivalence du fond nous happe la gorge : les jeux paranoïaques sur l'immatériel, aussi antiques que précurseurs, invoquent alors la divinité de l'enfant en proie à la corruption des adultes, leur éducation perturbée, leur psychose croyante, voire même leur sexualité menaçante. Chef d'œuvre de l'épouvante, The Innocents est un monument suggestif de l'ambiguïté du Mal, la profondeur visuelle et l'acidité sonore enfermant ses acteurs hallucinés dans le prisme inquiétant de la vulnérabilité et de la frustration.


Commentaires

  1. J'ai eu la chance de le voir en tutorat l'an dernier et je dois avouer que c'est un très grand cru. Déjà d'un point de vue visuel c'est irréprochable et cela fonctionne encore. Et puis Deborah Kerr est merveilleuse en femme convaincue et nageant en pleine folie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fait parti de mes films de chevet, et je l'ai redécouvert hier soir en salles. Quel pied. Nous sommes d'accord, le film est irréprochable visuellement.

      Supprimer
    2. Sublime adaptation du "tour d'écrou" et en effet chef d'œuvre du fantastique (et non, Amenabar n'a rien inventé les gars) que cette critique met brillamment à l'honneur. Incontournable.

      Supprimer
    3. De grosses influences sur Les Autres, c'est clair ^^ Merci pour l'enthousiasme chez Princécranoir.

      Supprimer
  2. Je me joins au club et j'ajouterai que c'est un film indispensable à voir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui, indispensable de chez indispensable :)

      Supprimer
  3. Effectivement un classique que j'aime beaucoup malgré le style un peu trop écrit de Truman Capote au scénario !

    C'est chouette de le voir ressortir dans les salles, ça ne casse pas pour autant l'excellent film d'Amenabar Les autres dont il s'inspire autant sur certains plans. D'ailleurs l'affiche des deux films sont quasi identiques, presque un hommage ou remake moderne.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés