Critique : Christine


Rencontre rouge mécanique entre deux maîtres du genre, Christine est un pur produit horrifique des 80's aussi grisant qu'effrayant, les drames viscéraux de l'adolescence dans son rétroviseur. Choisissant de ne jamais montrer l'entité spectrale qui contrôle cette voiture de l'enfer, John Carpenter, maître de la représentation, fait du véhicule hanté le moteur physique du récit, des émotions et ses sensations, l'ultra-violence de sa furie mystérieuse ne se dessinant que dans le rouge variant de sa carrosserie et la lumière hypnotique de ses phares. Du 'Bad to the Bone' de George Thorogood aux touches de synthé paralysantes du réalisateur, le film passe du teenage movie au conte funeste et désabusé, alors que la figure évidente du vampirisme s'impose : cette création ébène de l'Homme devient pur objet maléfique de fascination, glorifié par le cadre, faisant se dépérir par l'amour et l'addiction le jeune protagoniste principal. Cet effet de succion devient vecteur d'un constat amer de déshumanisation dans le passage à l'âge adulte, nourriture d'une infernale et indestructible machinerie américaine qui les dépasse. Ballet rock'n'roll de convoitises et de frustrations qui n'échappe certes pas aux clichés, Christine est une œuvre de commande pas si mineure qu'elle en a l'air, John Carpenter y étouffant l'horreur pure dans une ambiguïté sexuelle aussi caustique que romantique.


Commentaires

  1. Un film de Big John sacrément sympathique même si on a vu mieux de lui. Là il adapte donc il fait un peu moins ce qu'il veut. Mais n'oublions pas l'immense Christine femme amoureuse et jalouse comme la peste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça c'est clair on a carrément vu mieux chez lui. Il a quand même un certain degré de choix le bonhomme, le fantôme de l'ancien propriétaire devait nous être montré comme dans le bouquin, il a choisi de finalement ne pas le divulger. Grand bien lui en fasse.

      Supprimer
    2. Ah ça je ne sais pas je n'ai jamais lu de romans ou nouvelles de King. J'ai lu Creepshow seulement.

      Supprimer
  2. J'aime bien ce film de Carpenter, comme tu le dis, un film pas si mineur que ça dans sa filmo. En tout cas une oeuvre à la fois très divertissante et intelligente. Pour des raisons très personnelles, il faudrait également que je lise enfin le livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux en savoir un peu plus sur la voiture - son origine et sa substance y sont beaucoup plus démonstratifs - alors le livre est indispensable, même si beaucoup le considère comme mineur dans l'œuvre de King.

      Supprimer
    2. Je pense que je le lirai après mes exams, surtout que je l'ai chez moi depuis très longtemps (bon avec un père archi fan de Stephen King qui a tous ses romans, ça aide).

      Supprimer
  3. Est-ce les aboiements d'un "Bad to the bone" entendus dans "shaun le mouton" qui t'ont fait ressortir cette superbe "Christine" du fond d'un garage sentant le cambouis et l'huile de vidange ? Une très bonne idée en tous cas, vu que je suis en total accord avec ton article ! Un Carpenter pas si mineur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faux ;) Ravi que nous soyons d'accord sur cette belle pièce du cinéma fantastique des années 80.

      Supprimer
  4. Tout à fait d'accord avec vous tous ! Un film, pas culte, mais pas loin. Je confirme que le bouquin est à lire. Je suis étonnée de lire que ce ne serait pas "un de ses meilleurs". Pour ma part, c'est un de mes préférés.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés