Critique : Chappie


Avec Chappie, Neill Blomkamp délaisse temporairement son sacro-saint humain augmenté pour s'abandonner dans une candeur punk aussi revigorante que touchante, faisant se souder l'innocence et la subversion dans une ode aussi légère que cruelle à l'intelligence (pas si) artificielle. Chappie, dont les pixels de sa carapace se fanent, est fermement imposé comme un personnage fort, petit gamin éduqué dans un monde à l'ultra-violence sans limites, figure de titane dont le crépuscule des émotions et la torture du métal tournent parfois au traumatisme. Révélation matricielle et piétinement carriériste forment une pyramide de naïveté entre les lignes du scénario, mais leur flux nourrit les filaments d'une radicalité presque Verhoevienne. Car, même si la subtilité y semble défaillante, le film fonctionne par le choc de ses contrastes et l'interaction des extrêmes, l'éducation et l'insurrection, la délinquance et la parentalité, l'épique et l'irrévérence, l'humour et les sacrifices, le palpable et le digital... un sac de nœuds qui ramène Blomkamp à ses questionnements fondamentaux lors d'un dernier acte aussi audacieux que bâclé, quantification vidéoludique de la conscience ne faisant qu'appuyer à échelle intime l'échec désespéré d'un monde qui pousse l'innocence à la marginalité. Fable rebelle sur la croisée des chemins entre Wall-E et Robocop, Chappie est une initiation aussi désespérée qu'underground qui émoustille les yeux comme les émotions.


Commentaires

  1. Critique pour érudits, incompréhensible pour le commun des mortels.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fois de plus, merci de l'avoir au moins lue, cher anonyme.

      Supprimer
    2. Certains devraient apprendre à lire...

      Supprimer
    3. Diantre, je suis un érudit ;-)

      Beau billet, en tout cas, Max. Tu me donnes envie de me pencher sur ce film. Le dernier opus de Blomkamp m'avait bien déçu, il pourrait remonter dans mon estime.

      Supprimer
    4. Merci Laurent ;) Après je constate que la plupart des détracteurs d'Elysium ne semblent pas non plus accrocher à ce Chappie, à toi de voir, tu m'en diras des nouvelles ;)

      Supprimer
  2. Perso, je ne tirerai pas mon chapeau à Chappie, excessivement bruyant pour pas grand chose. Heureusement que l'émotion est là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ow ow ow ! ;) Nous sommes au moins d'accord pour dire que l'émotion est là.

      Supprimer
  3. Cher blogueur érudit ;)
    Je confirme l'impression de 2flics(aJoburg) sur le côté excessivement bruyant du film, auquel s'ajoute une naïveté (con)fondante qui frise de trop près la bêtise (voir le film en VF est une expérience redoutable). Pas plus ému que ça par le devenir du gentil gangsta-robot donc. Par contre Blomkamp reste efficace dans sa vision proximale du futur. Du coup, c'est un film qui ne restera dans ma mémoire qu'en pièces détachées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À votre service ! ;) Pour ma part je l'ai vu en VOST, ça a peut être aidé ^^

      Supprimer
  4. Très déçu, on a la désagréable impression que Neil Blomkamp s'est reposé sur ses lauriers...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Argh, dommage. Je dirais que c'est plus de la naïveté plus que de la paresse, et c'est quelque chose qui finalement m'a toujours un peu touché au cinéma.

      Supprimer
  5. Déću aussi. Musique de Zimmer dèjà vu et répétitive (je précise que je ne savais pas qu'il composait ici j'ai tout de suite reconnu le "style"), racailles clichés, méchant aussi, Blomkamp commence sérieusement à se répéter (et j'aime ses deux premiers films). Dommage pour ce mélange intéressant de Robocop, AI et Short circuit. Il reste néanmoins le magnifique personnage de Chappie adorable petit robot et sa relation avec sa "mère". Cela reste bien mis en scène. Heureusement qu'avec Alien 5 il va un peu étoffer sa palette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est l'hécatombe, nom de Zeus !... J'ai vraiment hâte de voir ce qu'il va faire avec le 5e opus Alien.

      Supprimer
    2. Moi aussi car je pense que ça lui permettra de changer d'univers. Et puis c'est tellement plus intéressant que Prometheus 2.

      Supprimer
    3. Vu que les productions des deux films vont fort probablement être proches, ça m'étonnerait pas que Prometheus 2 et Alien 5 se fassent de petites références ^^

      Supprimer
    4. J'espère surtout que Alien 5 soit plus intéressant que l'autre projet. Parce que la séquelle d'un des plus beaux foutages de gueule de la decennie 2010...

      Supprimer
    5. Maaaaiiis nooooooooon...... ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés