Critique : Birdman, or the Unexpected Virtue of Ignorance


Le plan-séquence comme navire ailé et un Hollywood en ruines comme horizon, Iñarritu livre avec Birdman un exceptionnel exercice qui, avant même d'être un quelconque métafilm cynique sur son berceau, se révèle avant tout comme un voyage universel aux confins de l'égo. L'évident rapprochement entre Keaton et la chauve-souris faite, tout comme les références à point à l'industrie cinématographique grand public, le film nous touche finalement par bien d'autres aspects. Techniquement de prime abord, le concept certes trafiqué de la prise unique nous collant au plus près des protagonistes, le dispositif mutant brillamment avec le concept même de l'existence, vue singulière sur une toile de destins qui échappe à toute règle de montage d'images, à tout guide méthodique des émotions et des sens. Le cadre flotte en sachant constamment quoi filmer, les gestes, les échanges de regard, la moindre insinuation dans la chorégraphie des corps en mouvement. Et au-delà de cette fascinante prouesse, il y a la joie communicative des acteurs au cœur de ce ballet malicieux, une autre conscience en abîme qui invoque également l'Homme derrière l'artiste et son art, les merveilles et les tares, le partage et les hypocrisies, la philanthropie contaminée par l'artificiel face au sobre choix du spectateur entre la folie et le fantastique. Nous pourrions tiquer sur le regard hautain sur la critique, les limites imposées par le parti-pris visuel et les quelques percussions in et off un brin abusives, mais Birdman demeure une extraordinaire danse pyrotechnique au cœur de la jungle du spectacle, poétique et apocalyptique, destinée à décimer la gloire de ses éphémères idoles vivantes à qui, venu le temps du crépuscule, pousse des ailes afin d'épouser désespérément les cimes indéfinissables, transcendantes et confortables de l'ignorance.


Commentaires

  1. Quel film ! Quelle audace ! J'en suis sorti avec les jambes sciées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas !... Bon après moi perso mes jambes sont restées où elles étaient ^^

      Supprimer
  2. Belle et très juste critique. J'ai également été bluffé par ce film, chaque aspect du film est parfaitement maîtrisé du début à la fin, que se soit de la mise en scène à la direction d'acteur en passant par la musique. En faisant abstraction de son triomphe aux Oscars, ce film est un incontournable de 2015 (voir plus).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue et merci pour le compliment ! ;) Un incontournable, pour sûr, rien que la maîtrise formelle me laisse baba.

      Supprimer
  3. Un film meta jouissif et jouant parfaitement avec les personnages et les acteurs qui les incarnent. Keaton l'ancien super héros trouvant le salut dans un petit film devenant grand. Norton l'acteur casse pied face aux producteurs.Quant au plan séquence certaines transitions sont quand mème faciles et certains mouvements de caméra reviennent parfois. Même si cela reste techniquement bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Méta-jouissif", pas mal, ça convient parfaitement ;) En effet certaines transitions et quelques "effets spéciaux" de raccords sont un poil titillants, mais l'ambition et l'audace demeurent. Après les mouvements de la caméra ont un sens, qu'ils soient répétitifs ça ne me gêne pas perso.

      Supprimer
  4. 2 plombes de faux plan séquence, une truanderie de 1ère devant laquelle tout le monde s'émerveille, pitin l'arnaque..
    Jambes sciées moi aussi, pas pour les mêmes raisons cela-dit. ;(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage, tes jambes sont parti chercher chaussure à leurs pieds ;)

      Supprimer
  5. "Nous pourrions tiquer sur le regard hautain sur la critique, les limites imposées par le parti-pris visuel et les quelques percussions in et off un brin abusives", j'ai envie de ne retenir que cette phrase qui résume assez bien mon sentiment sur ce film. Mais je crois qu'avec Ronnie, nous sommes bien peu à être restés de marbre devant ce triste numéro d'homme volant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ;) Je comprends, l'affolement général autour du film est surtout la somme du choix formel avec la performance de Keaton, derrière ça on peut ne pas adhérer du tout.

      Supprimer
  6. Je ne suis pas tenté par le voir celui-ci, surtout parce que son histoire et sa mise en scène ne m'interpelle pas (ma cervelle doit sans doute encore être sous le choc de l'arrogance technique de Gravity).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une expérience à tenter, formellement audacieuse et finalement vachement ouverte aux interprétations. Après ses propos peuvent être rapprochés à ceux de Gravity aux côtés de l'approche cynique du monde du spectacle, donc bon... Mais essaye quand même ;)

      Supprimer
  7. Je partage totalement l'avis de Ronnie : une arnaque (comme tous les films d'Inarritu, sans être méchante). Je suis vraiment énervée contre ce film. Ma critique sera évidemment plus développée sur mon blog mais en gros, j'ai trouvé ça très creux et superficiel, ça pète plus haut que son cul et je ne trouve même pas le casting bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est violent ! :) Hâte de lire ton avis plus développé.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés