Critique : El Laberinto Del Fauno / Le Labyrinthe de Pan


Là où son formidable Espinazo Del Diablo empruntait le cinéma de fantômes, Guillermo Del Toro talonne avec El Laberinto Del Fauno les sentiers du conte de fée pour l'ultime exorcisme des démons de l'Espagne. Prodigieuse croisée des chemins entre l'histoire et l'Histoire, où la mélopée subjective d'une enfant côtoie la sordide violence du franquisme, le film dégage une magie surpuissante et ambigüe, macabre et mélancolique, cure d'un réalisme cru où les affres de la guerre offrent une brutalité viscérale, torture immodérée des corps en contraste des mille merveilles de l'esprit. Dans ce duel de tons, Del Toro maintient à la perfection l'équilibre entre le palpable et la chimère dans une direction artistique personnelle et magistrale, évasion interprétative qui s'écoule progressivement dans les courants de la parentalité, autre lutte pour la préservation de l'innocence et des héritages au-delà du temps et des dimensions. Dans un déluge d'émotions cruelles, El Laberinto Del Fauno se révèle comme un fort manifeste de l'imaginaire, valve de la puissance et de la mémoire, le rempart pur et salvateur contre un monde repoussant, l'arme finale entre éclat et ténèbres qui nous touche en plein cœur.


Commentaires

  1. Pour moi il s'agit d'un véritable chef-d'oeuvre, poétique, cruel, violent et très émouvant. Il est dans la continuité du formidable Echine du diable. Esthétiquement, le film est également une pure merveille, dans lequel chaque détail compte avec une véritable signification derrière.

    RépondreSupprimer
  2. Certainement le meilleur film de Guillermo Del Toro avec L'échine du diable, soit deux films qui exploitent le spectre de Franco. L'un avec ses prémices, l'autre par son général militaire renvoyant à la folie furieuse de toute une époque. D'ailleurs très grande performance de Sergi Lopez. Et puis ce visuel... C'est certainement un des films les plus travaillés visuellement de Del Toro.

    RépondreSupprimer
  3. Même avis que tout le monde en ce qui me concerne. Un des tous meilleurs Del Toro qui impose grâce à ce film ses visions d'artiste, pliant son imaginaire féérique (démarquage baroque de celui de Burton) à l'héritage historique. Puissant et abyssal.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés