Critique : Whiplash


Entre Full Metal Jacket et Black Swan, Whiplash est un suintant duel à trois entre le bon, la brute et le tempo, les notes et les mots fusant comme des balles dans une impressionnante chorégraphie de sueur et de sang. Puisant dans sa propre expérience personnelle, Damien Chazelle fond à la perfection la forme de son film, maîtrise totale de l'art du montage, au rythme incessant de la batterie, subjectivité presque fantastique menant à une séquence finale à l'apothéose visuelle orgasmique. L'autre élément évident de cette puissance est l'antagoniste, poltergeist féroce de la perfection, porté par un sidérant J.K. Simmons qui traverse l'écran pour nous faire transpirer et trembler. Alourdi par quelques clichés mais d'une stupéfiante énergie, Whiplash est une quête paroxystique de l'excellence aux confins de l'inhumanité, un dévouement artistique épidermique qui nous contamine à chaque instant par l'impact des plans, insatiable percussion.


Commentaires

  1. Je le vois comme une sorte de film d'horreur où la violence est aussi psychologique que graphique. Sans compter le sens parfait du montage sur les scènes de batterie reprenant avec minutie le rythme de la musique. Et puis quelles performances d'acteurs pour Miles Teller et JK Simmons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on pourrait presque le voir comme un film d'horreur, l'obsession du personnage qui contamine la forme et la figure presque surnaturelle du professeur...

      Supprimer
    2. D'ailleurs Damien Chazelle avait pondu le scénario du Dernier Exorcisme 2 - ça vaut ce que ça vaut mais quelque part c'est dans l'optique de cette théorie ;)

      Supprimer
    3. Et Grand Piano aussi dans le même mode.

      Supprimer
    4. Si tu ne connais pas c'est un film où Elijah Wood doit rester sur son piano un sniper le tenant en joug et retenant sa compagne.

      Supprimer
  2. La claque de la fin d'année. Pas besoin d'aimer le jazz pour aimer le film car le résultat est vraiment à la hauteur. Chazelle a su filmer la musique avec tant de rythme, de vie et de violence. J'ai été impressionnée par la maîtrise de la mise en scène et du montage, qui participent beaucoup à la réussite du film. Enfin le duel d'acteurs est exceptionnel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord, une claque et une maîtrise formelle exemplaire. Monsieur Chazelle est un talent à suivre !

      Supprimer
  3. Excellent film remarquablement synthétisé dans le choix percutant et pertinent des mots employés dans ta chronique. Gageons qu'un tel éloge n'éloignera pas plus longtemps les cinéphiles buissonniers ayant encore séché le cours de musique.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés