Critique : A Bug's Life / 1001 Pattes


L'animation déjà aussi flamboyante que ses ambitions, A Bug's Life relit Kurosawa et ses Sept Samouraïs dans une aventure (sur)naturelle certes inégale mais splendide de bout en bout. Six micro-pieds sous herbe, Pixar nous offre une galerie de personnages aussi savoureux qu'inquiétants, dans l'ombre d'une sauterelle harpie dont le souffle putride réveille le spectateur et lui propose de voir les choses sous un autre angle, tristement humain. Contrastant sa pétillante légèreté avec une repartie plutôt sombre voire violente, invocation acide de l'exploitation aliénante du capitalisme, c'est dans l'instabilité exaltante des échelles que repose alors la force cachée du film : le pouvoir multi-dimensionnel de l'art du spectacle. Par la puissance du scénario, du jeu d'acteur, de la mise en scène et des effets visuels, tous miroités dans le prisme d'une goutte d'eau salvatrice, les figures s'unissent contre l'oppression et font s'envoler A Bug's Life bien au-delà de l'estime qui lui est portée.


Commentaires

  1. Incontournable. Remake fendard des 7 samouraïs, évolution technique incroyable (les mouvements de foule a taille de fourmis c'est toujours aussi impressionnant!) et quelle méchant!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés