Critique : War Horse / Cheval de Guerre


Adaptant l'œuvre éponyme de Michael Morpurgo, Steven Spielberg réalise une véritable prouesse avec War Horse : alléguant la puissante aura des grands classiques hollywoodiens, le cinéaste épouse le point de vue atypique mais bouleversant d'un simple cheval, vision naïve et décalée d'un animal faisant face sur un terrain boueux aux contradictions sauvages de l'Homme. Dans l'absence de paroles et la virtuosité des cadres, la combativité et les douleurs de la bête, véritables moteurs des pantins humains de ce conflit, contaminent littéralement la forme comme nos émotions. Sans verser dans la mièvrerie extrême, le film allie merveilleusement ses pointes radicales aux messages plus universels, comme le pouvoir de l'espoir ou les valeurs du deuil. Au sein de l'horreur, le cheval, parabole d'espérances désespérées et absurdes, accourt et se cabre dans un maelström de sourires et de larmes. Et c'est en voyant les épatantes dernières images, puissante invocation du cinéma de John Ford, que l'on réalise définitivement la puissance purement cinématographique de War Horse.


Commentaires

  1. Un très grand cru de Spielby, très peu mis en valeur à cause de son flop et transpirant l'amour de Spielby pour les fresques historiques de David Lean.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu fais bien de citer également David Lean, bien que ce soit du John Ford qui m'ait le plus sauté aux yeux.

      Supprimer
  2. Un magnifique film, pourtant je pensais que j'allais détester (moi et les films avec les animaux, ça fait deux). J'ai même pas mal chialé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tiens à te préciser et Max pourra te le confirmer, War Horse me faisait très peur, j'avais peur d'un mauvais film sur les animaux. J'y suis allé grâce à la musique de John Williams.

      Supprimer
    2. Juste grâce à Williams ? Ah oui l'argument de choc !
      Mais bon au moins je ne suis pas la seule à avoir été dans ce cas!

      Supprimer
    3. Ah quand on adore le travail de John Williams... c'est encore aujourd'hui une figure dominante niveau BO ^^

      Supprimer
    4. Et certaines images aussi, mais c'est surtout la musique de John Williams.

      Supprimer
    5. C'est vrai que la musique de Williams est géniale, rarement décevante.
      Remarque, même si c'est rare, je suis déjà allée voir des films uniquement pour la B.O. je l'avoue.

      Supprimer
    6. Moi également ^^ Là tout de suite je pense au Roi Arthur, la musique de Zimmer étant l'une des rares choses à retenir du film.

      Supprimer
    7. En ce qui me concerne (oui ça va moins en jeter, je préviens), j'ai vu en partie There will be blood, The Master et La Ballade de l'impossible grâce (ou à cause pour le dernier film cité) parce que j'adore Jonny Greenwood :o

      Supprimer
  3. Bel hommage à John Ford en effet, porté par un classicisme coloré et un souffle romanesque puissant. Dommage que tout le monde parle anglais néanmoins, ça rend la VO un peu bâtarde je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est pas faux. Mais quelque part c'est assez adéquat au point de vue du cheval, tout le monde parle universellement une langue qu'il ne comprend pas.

      Supprimer
    2. On peut l'envisager ainsi, c'est vrai après tout

      Supprimer
  4. Point aimé du tout. J'adore les animaux... sauf les chevaux, va savoir pourquoi ! Je me suis profondément ennuyée...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés