Critique : Star Wars Episode III - Revenge of the Sith / La Revanche des Siths


"Revanche" est le terme tout trouvé pour ce troisième opus de la prélogie Star Wars : Revenge of the Sith retrouve enfin une partie du souffle de ses aînés, le pessimisme des enjeux grandissant tandis que le mythe de Vador prend forme. Dès la séquence d'introduction certes imposante mais ô combien explosive, nous sentons une texture différente, le space-opéra espéré depuis 1999, un punch inédit cachant la supervisation salvatrice de Steven Spielberg sur la majorité des scènes du film. L'écriture de Lucas demeure inégale, la multiplicité des intrigues ne se concrétisant que dans un dernier tiers hystérique, mais on louera la volonté noire et presque incisive de l'auteur face à la montée du côté obscur, du meurtre hors-champ d'enfants à la destruction ultra-violente des résidus naïfs des précédents volets. Point d'orgue déséquilibré mais désespérément épique, croisée des chemins entre la chute et l'avènement, Revenge of the Sith est la conclusion transitive que l'on espérait, fruit d'efforts digne d'un opéra tragique.


Commentaires

  1. Encore une fois l'énorme défaut et pas des moindres c'est l'impression de voir des cinématiques et non des scènes de films. Trop de cgi tue le cgi. Et cela se voit à plus d'un titre dans l'ouverture ou plusieurs séquences ne semblent jamais en dur. De plus Hayden Christensen est toujours aussi mauvais et à la fin on n'y croit pas. En revanche Lucas se réveille au niveau des thématiques avec des allusions aux dictatures du XXème et les exécutions d'opposants politiques. Franchement c'est là que tu te dis qu'il fallait passer la main.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve l'atout numérique beaucoup moins tiquant que dans les deux autres, même si ça reste totalement envahissant. Quant à Christensen, même s'il conserve encore toute mon antipathie, aborde plutôt efficacement un meilleur personnage.

      Supprimer
    2. Pourtant rien que le début passe très mal. On ne voit rien de dur.

      Supprimer
    3. il coupe juste la tete du comte, non ne peut plus gentillet quoi, et dire que des enfants(3,4,,5,6ans etc) etaient dans ma salle ... bravo aux parents

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés