Critique : Interstellar


Christopher Nolan prouve une fois de plus qu'il est un cinéaste du substantiel, du physique : après l'onde électrique de la magie dans The Prestige et le rêve comme outil d'espionnage dans Inception, c'est la quantification illimitée de l'amour qu'il vise avec Interstellar, son film le plus ambitieux et le plus touchant. Sous l'influence évidente de Kubrick, Nolan fond habilement l'absence totale de didactisme des données scientifiques avec la puissance radicale des émotions des personnages, ne nous faisant jamais perdre le fil du récit dans sa minimisation des scènes d'action. Passons outre les incohérences et naïvetés, ce n'est visiblement pas l'ossature qui importe le plus pour le réalisateur, mais l'âme à l'intérieur. Au-delà du temps et des espaces, sous la sublime incantation aveugle des orgues de Zimmer, nous nous retrouvons éblouis et essoufflés par le simple mais solide vecteur entre l'humanité enterrée et l'éternité des astres, les étroits vaisseaux suintants et les fils pantomimes des dimensions. Accompagné d'acteurs à la performance poignante, Nolan plonge avec brio dans la S-F, réaliste et symbolique, arrachant de l'immensité spatiale une idée du cœur de l'Homme : l'infinité, universelle et toute-puissante, semblable à celle des grains de poussière, à celle des étoiles de la galaxie. Interstellar est une intense épopée de l'émotion, où derrière de vrais moments de cinéma se cache l'œuvre la plus humaine de son auteur.


Commentaires

  1. Quelques longueurs (la partie avec Matt Damon est bien trop longue) et parfois confus dans ses aspects les plus scientifiques, mais le résultat, tant visuel que musical, est à tomber.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement je n'ai ressenti aucune longueur, même avec un second visionnage. Mais sinon j'en conviens le film demeure chiche quant aux aspects scientifiques, mais je trouve que l'absence de didactisme outrancier est une force. La musique de Zimmer est à tomber, pour sûr ^^ Vivement qu'elle sorte dans les bacs. Quand tu penses que le bonhomme l'a composé à l'aveugle, sans avoir vu le film ni lu le scénario, c'est fort.

      Supprimer
  2. Je ne l'ai pas encore vu (je ne pense pas que j'irai le voir ce week-end, je vais privilégier les petits films qui ne vont pas rester en salles) mais ta critique est très encourageante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ;) À voir absolument en salles pour profiter de cette expérience ahurissante, tant visuelle qu'en émotions.

      Supprimer
  3. Un magnifique film qui a réussi à me faire sortir les larmes par trois fois. La musique de Zimmer est bonne et joue très bien sur les orgues. Le casting est extra, l'émotion est là, la mise en scène est sublime (que ce soit la brillante idée de faire de la caméra embarquée sur le vaisseau, les superbes panoramas ou les scènes spatiales). Un mélange savoureux entre 2001 et Contact

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah deux fois seulement pour moi ^^ Mais bon c'est quand même une première chez Nolan. L'émotion n'a jamais été aussi présente et puissante chez lui. Les panoramas spatiaux sont effet superbe ; j'ai littéralement adoré lorsque Cooper file à Romilly son casque où il écoute des bruits de la nature, et que l'on passe au plan général du vaisseau face à Saturne avec ces mêmes sons sauvages remplaçant le silence de l'espace. Grandiose.

      Supprimer
    2. Je pense que c'est aussi grâce à son frère Jonathan qui est sur le projet depuis longtemps. Ma séquence préférée est le passage dans le trou de ver. C'est juste impresssionnant. Pareil pour le montage faisant passer du message à la personne concernée. ;)

      Supprimer
    3. Oui, une des scènes qui me fait profondément regretter de ne pas pouvoir voir le film en IMax.

      Supprimer
  4. Malgré quelques lourdeurs et menus défauts (j'ai vraiment envie de le revoir en VO ceci dit), cette immersion vers l'infini nous submerge d'intensité et de beauté : les vagues d'eau et de poussière, le passage à travers la courbure de l'univers, ou tout simplement cette chasse au drone sauvage. On parle évidemment beaucoup de "2001", de "l'étoffe des héros" mais il m'a évidemment aussi fait penser au "Trou Noir" de Gary Nelson, qui m'avait marqué quand j'étais gamin. Nolan a bien fait, finalement, de reprendre à son compte ce projet destiné à Spielberg.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De sages paroles ;) Il y a de menus défauts, pour sûr. Mais je t'avouerais que personnellement je suis totalement passé outre. Pas vu le "Trou Noir" de Nelson, je vais essayer de corriger cela dès que possible.

      Supprimer
  5. Comme je disais chez 2flics, le film m'a conquis à 2-3 exceptions près. Esthétiquement irréprochable, superbement réalisé et mis en musique (pour une fois Zimmer recrée quelque chose de musical) et super acteurs.

    S'il développe indéniablement bien ses thématiques sans les imposer (relations familiales, responsabilité d'un père, responsabilité écologique, système d'enseignement, instinct de survie et relation en milieu confiné,etc), j'ai eu plus de mal avec de (grosses) incohérences: (i) à l'approche d'un trou noir, la matière subit tellement de contraintes qu'elle chauffe et émet des rayons X, mortels à une dose pareille. Sans compter les forces et contraintes gravitationnelles énormes qui finissent par disloquer la matière...alors comment le vaisseau et a fortiori Cooper arrivent à y survivre en entier? (ii) Matt Damon brise le casque de Cooper en tapant dessus mais la combinaison serait assez résistante pour passer un trou noir? euh...oui?

    Enfin, j'ai eu cette sensation que le film était tellement cérébral et réfléchi qu'il manque quelque peu de spontanéité dans sa représentation des relations humaines. C'est certes parfois très intense, mais la plupart du temps, j'ai l'impression que le film "pense" trop.

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai vu un peu tard par rapport à beaucoup de blogueurs qui se directement rués dans les salles mais avec de la persévérance j'ai réussi à le voir et j'ai bien fait d'insister car j'ai énormément aimé le résultat final (j'en suis surprise car je ne suis pas vraiment fan de Nolan). Le film m'a tout simplement bouleversée. J'ai passé un magnifique moment. Je ne connais pas les détails scientifiques, il y a sûrement des erreurs mais au fond je m'en fous, c'est scotchant, on vit une véritable expérience. De plus, le film m'a énormément émue, Nolan a pour moi su capter la dimension tragique de son histoire.
    J'ai également été convaincue par les acteurs et la musique de Hans Zimmer. De plus, les 2h50 passent très vite et j'ai trouvé le film accessible malgré la grande présence de termes scientifiques.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés