Critique : The Babadook / Mister Babadook


Signant son premier long-métrage avec The Bababook, Jennifer Kent ne livre pas plus un pur film fantastique qu'un véritable drame tétanisant. Le parquet qui grince, des ombres qui glissent, un murmure qui subjugue... perpétuelle est la peur de l'enfant au cinéma, mais c'est dans la contamination de l'adulte par ces fascinantes et naïves ténèbres que le film trouve sa puissance et son cœur. Le style de la réalisatrice nous happe : progressivement, quelque chose s'installe de lourd dans l'ambiance, dans le cadre, une menace insidieuse et intime, à la fois froide et décalée, un surnaturel terriblement réel, un spectre dont la perspective allégorique devient pertinemment obsédante. On a beau deviner assez tôt ce qui se cache derrière le Babadook, prodige expressionniste de la terreur et de la monstration progressive, cela n'empêche jamais la puissance ambiguë des thèmes abordés. Entre l'amour et haine, la vie et mort, la lutte et la névrose, Kent n'hésite jamais à montrer le duo mère/fils dans ses pulsions et ses faiblesses, prisonnier d'une horreur psychologique assumant jusqu'au bout son manteau fantastique. Sans s'épargner des maladresses d'un premier film, The Babadook embrasse un traumatisme universel dans un déferlement d'images tétanisantes et d'émotions radicales, l'obscurité enlaçant les sentiments dans une aura onirique qui laisse baba... dook... dook... DOOK !!! 


Commentaires

  1. Une très bonne surprise, un film que j'ai vu un peu par hasard cet été et je ne le regrette pas. Certes, comme tu le dis d'ailleurs, le film a ses maladresses et on ne peut pas dire que j'ai eu réellement peur (mais ce n'est pas le but de ce film donc cela ne m'a pas dérangée). Mais certaines scènes avec le Babadook sont tout de même effrayantes et surtout j'ai vraiment aimé la dimension psychologique et émotionnelle du film. Enfin, Essie Davis et Noah Wiseman sont géniaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi que ce film t'ai plu ! En effet la peur n'est finalement pas le but premier du film, en effet, les vraies apparitions du Babadook sont rares mais les mécanismes visuels de ces apparitions sont, je trouve, assez prodigieux. Pour un premier film c'est fantastique.

      Supprimer
  2. Toujours pas vu mais il faut vraiment que je me le procure vu les excellents retours que j'en ai eu, le tien compris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À découvrir, incontestablement ! Hésite pas à revenir m'en dire des nouvelles ;)

      Supprimer
    2. Enfin vu ! Il est effectivement excellent. On n'échappe pas à quelques petits défauts (un léger manque de punch, des effets faciles lors de la finale), mais pour un premier long-métrage, c'est franchement réussi.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés