Version Longue : A Million Ways to Die in the West / Albert à l'Ouest




LE DOCTEUR HARPER
scène(s) inédite(s)
(+1mn50)

Le premier supplément de cette version longue non-censurée concerne l'introduction d'un personnage absent du montage cinéma : le docteur Harper, aussi absurde que barbare.

Alors qu'Albert est tombé au sol après son duel avorté, une balle dans la jambe, la scène continue plus loin dans cette version : Albert est rejoint par son ami Edward et le shérif. Le blessé ironise sur le fait que le représentant de la loi ne soit pas intervenu pendant le conflit. "Ce n'était pas à moi d'intervenir, lui répond le shérif, chaque homme doit mener ses propres batailles." Albert rétorque : "Alors la seule fonction que vous avez en ville c'est de dire à tout le monde de se démerder ?!"... Le shérif conseille alors à Albert d'aller voir le Dr. Harper.



S'ensuit une scène inédite où Albert rejoint le Dr. Harper, alors en plein acte chirurgical. Le docteur examine la blessure d'Albert, finalement très superficielle. Harper tripote la jambe du blessé de ses mains ensanglantées, avec un bruit gluant exagéré. "On va devoir amputer ça, dit Harper, où tu finiras avec un pied-orteil !". Albert tente d'apaiser les choses devant cette constatation débile. "Comme tu voudras, lui répond le docteur, mais j'ai vu des pieds-orteils finir en jambe-genou en moins d'une semaine !"... Pendant ce temps là, un chat est entré en salle d'opération et déguste les intestins de la patiente.





ALBERT SE CHANGE LA TÊTE
scène(s) inédite(s)
(+4mn10)

Après la première apparition de Clinch et sa bande qui braquent un vieux chercheur d'or... Suite à sa séparation avec Louise, Albert, déprimé, décide dans une série de scènes inédites de rencontrer des femmes dans l'espoir de dégoter une future conquête, lot d'ajouts parodiant cyniquement les clichés du rencard.

Dans la première scène, Albert rencontre une belle jeune femme dans un magasin, interprétée par Kaley Cuoco Sweeting. Après lui avoir proposé une nouvelle invention, le chewing-gum, Albert lui demande si elle veut bien sortir avec lui. La jeune femme refuse sèchement, évoquant le duel raté vu en début de film, et son élection de "reine de bal" à l'école... Premier râteau.



Dans la scène suivante, Albert dîne avec une femme asiatique. Ils parlent du père de cette dernière, travaillant dur sur le chemin de fer. Albert sort maladroitement une blague raciste et la femme part, outrée.



La scène suivante, Albert dîne une petite fille... "Ma mère dit qu'il faut que je me trouve un mari, dit-elle, si je veux pas finir mes vieux jours ici". Gêné, Albert tente de mettre fin au rencard, évoquant un congrès de moutons très tôt le lendemain dans une ville au nom pas encore terminé. La petite s'emporte aigrement face à cet échec. "Je comprends pourquoi tu n'as pas de mari !" conclut Albert.



Dans la scène qui suit, Albert est sauvagement embrassé par une autre conquête sur le perron de sa maison. La dame est, il faut bien le dire, peu mise en valeur physiquement. Albert la repousse après qu'elle lui ait mordu la langue, et elle se met à le frapper en riant. La petite dame insiste, et les deux mettent alors feu au perron en brisant une lampe dans leur lutte.

La père d'Albert surgit alors de la fenêtre. Comme s'il s'agissait d'une broutille, il dit à son fils que sa mère est morte dans l'après-midi. Voilà ce qui nous amène à la scène inédite suivante...





ALBERT ENTERRE SA MÈRE
scène inédite
(+1mn30)

S'ensuit donc cette scène inédite, l'enterrement de la mère d'Albert, évènement totalement éludé dans la version cinéma.

La scène est totalement absurde, comme si ce décès était dans l'ordre des choses. Tandis que le prêtre fait son sermon, Edward livre quelques commentaires stupides, tandis que le père d'Albert reste totalement stoïque. "Autant de débordement d'émotions me met mal à l'aise papa" lui dit ironiquement son fils. Le docteur Harper s'excuse alors de ne pas avoir pu sauver sa mère. "Elle avait une écharde, doc, qu'est-ce que vous auriez pu faire ?" lui répond Albert... Une façon parmi des millions de mourir dans l'Ouest.

Deux bandits débarquent alors, des cadavres sur le dos, et demandent s'ils peuvent les balancer dans la fosse. Albert acceptent, et tous s'échangent modestement des politesses.





"QU'EST-CE QU'ELLE FOUT AVEC FOY ?"
version alternative

Nous avons par la suite cette séquence où Albert et Edward aperçoivent en ville Louise fricoter avec Foy, le noble moustachu. 

Juste avant, les deux amis discutaient du bloc de glace qui arrive en ville. Dans cette version longue, le dialogue a été remplacé par un autre - la glace ayant déjà été évoqué dans un ajout précédent : après avoir parlé des gamins et leurs cerceaux, Edward rajoute "S'il n'y a plus de progrès intellectuel dans vingt ans, tu pourras remercier ces jeux débiles !". Le jeu vidéo de l'époque, en somme, n'est-ce pas ?...



ALBERT RENCONTRE ANNA
version intégrale
(+2mn)

Après la bagarre générale dans le saloon, la séquence où Albert fait connaissance avec Anna est ici nettement rallongée...

Les deux personnages tombent sur une vieille souche au centre de la ville, qui lui doit son nom, les fondateurs n'ayant pas pu la retirer. "Pourquoi n'ont-ils pas construit la ville plus loin, alors ?" demande Anna... Ne sachant répondre à l'absurdité de cette anecdote, Albert change du sujet et évoque d'autres vannes et anecdotes débiles sur la ville et l'Ouest. "La punition est exactement la même pour un voleur de cheval que pour un nouveau-né débile mental, dit-il notamment, ils pendent les nouveaux-nés débiles mentaux comme avertissement pour les autres et je déconne pas". Puis Albert évoque son départ pour San Francisco et son cœur brisé...





LA FOIRE DE VIEILLE SOUCHE
version intégrale
(+1mn15)

La séquence de la foire de la ville est ici un peu rallongée à deux moments.

Lorsque Albert et Anna discutent devant le photographe - qui prendra feu quelques instants plus tard - celle-ci demande alors son compagnon quel type de femme il n'aime pas, tandis qu'il déguste un morceau de viande visiblement daubé. Albert finit par répondre après quelques vannes : il ne peut pas être avec une femme qui ressemble à son père, "quand je l'embrasse, ça fait légèrement gay" dit-il. "Je suis surpris que ta petite amie t'ai quitté" conclut-elle, cynique.


Et plus tard, alors qu'Albert loupe toutes ses cibles à la séance de tir, nous retrouvons dans un autre ajout la petite fille de la scène inédite du rencard : une autre gamine dans la foule lui demande si c'est bien avec lui qu'elle était sorti. "Oui mais ça n'a pas marché, répond la petite, on aurait dit que je sortais avec mon père". Puis elle lui révèle que c'est avec son père qu'elle sort maintenant... hiarks.



VIOL AU BORDEL DE MILLIE
scène inédite
(+1mn40)

Après la foire, une scène inédite montre Albert et Anna se diriger vers bordel du saloon en voyant un homme en pyjama se faire arrêter par les autorités. Une des filles du bordel se serait faite violée, alors consolée par tout le monde. Outrés, Albert et Anna cherchent à en savoir plus : le violeur n'aurait en fait pas attendu que la dame finisse son sandwich pour lui sauter dessus... Quelques vannes s'enchaînent dans les échanges, floutant cyniquement la ligne entre prostitution et viol.




L'ATTAQUE DE LA DILIGENCE
scène inédite
(+2mn50)

Après la séquence où Albert et Anna mangent leurs cookies au shit, une grosse scène inédite nous montre Clinch et sa clique mener la terreur aux abord la Vieille Souche.

Au milieu des rocheuses, une diligence transportant une famille visiblement aisée s'arrête devant un tronc d'arbre leur coupant le chemin. L'enfant à bord, attiré par un petit lézard, sort de la carriole poursuivre la bête... et tombe aux pieds de Clinch. Celui-ci est venu braquer la diligence avec sa troupe. Il fait de nouveau le coup du "je tire à 3" à l'un des conducteurs tenant un fusil, et le tue. 

Alors que les bandits mettent la main sur une caisse pleine d'or et d'argent, le second conducteur met la main sur son arme, mais il se voit rapidement pris de court par Clinch qui lui dit "Je ne te donnerais qu'un avertissement. Tu mets encore une fois la main sur ton arme, et voilà ce qui arrivera". Clinch tue le conducteur. "Comme je l'ai dis, un seul avertissement" conclut-il. Il se tourne vers ses hommes et leur explique le plan - cacher l'or et rester à l'ombre un moment en ville - puis il partent au loin...

Ce long ajout fait beaucoup de répétition avec la première apparition de Clinch braquant le vieux chercheur d'or, dans la situation, les punchlines, la cruauté du bad-guy... Mais il faut avouer l'efficacité de la scène, décuplant la cruauté de l'Ouest, le vivifiant moment de naïveté enfantine face à la violence adulte, et l’approfondissement des intentions de Clinch.









LA FÊTE DE LA VIEILLE SOUCHE
version intégrale
(+1mn10)

Dans cette version longue, le caméo du présentateur et humoriste Bill Maher lors de la fête de la ville est nettement rallongé.

Son discours, tout d'abord, se voit agrémenté de quelques jeux de mots un peu gratuits et d'une histoire drôle sur une indienne ("Je lui ai demandé comment elle voulait se faire baiser, elle m'a dit 'prends ma terre !'"), que le présentateur lit sur un prompteur - ou plutôt sur les nombreuses planches de bois que tient un pauvre bougre. 

Son "stand-up" continue alors plus loin avec une ultime blague : "J'ai vu Carry Nation parler l'autre jour. Elle disait 'donnez-moi une bonne raison pour laquelle un homme aurait besoin de boire'. Je lui ai dit 'regarde-toi dans le miroir, salope' !" Il conclut en partant : "N'oubliez pas de violer les serveuses et profitez du bison !".

Voilà qui rallonge le caméo de cet humoriste américain, le rendant encore plus imposé et moins naturel.


Un peu plus tard, après la séance de danse, nous avons un autre supplément impliquant Bill Maher. Celui-ci fait la causette à la petite fille des ajouts précédents : ils s'entendent visiblement bien, et l'enfant demande à Bill s'il veut aller ailleurs. Il accepte et ils s'en vont...




LES MALHEURS DE FOY
version intégrale
(+20sec)

Alors que Foy subit au lit les effets du laxatif auprès de Louise, un petit ajout le montre alors courir à l'extérieur de sa maison vers les toilettes extérieures, et déverser son malheur avec un son des plus ignobles et interminables.




"JE SUIS DÉBORDÉ DE JOIE !"
scène inédite
(+55sec)

Plus tard dans le film, alors qu'Anna se soit échappé des griffes de Clinch... Une scène inédite montre Ruth, la prostituée, aller voir son compagnon Edward. Elle vient lui demander s'il est d'accord pour qu'ils passent leur première nuit ensemble - vu les circonstances de l'arrivée de Clinch en ville et le danger qui rôde. Edward explose de joie : "je vais m'assurer qu'il y ait une Bible dans le chambre, qu'Il nous voit, comme ça Il pourra participer !". Ils s'en vont, Edward criant "Je suis débordé de joie !", et Ruth "Je vais déborder de sperme !"...




LES FLASH-BACKS D'ALBERT
version intégrale
(+30sec)

Alors qu'Albert est sous l'effet de la drogue des Indiens et revis quelques moments de sa vie, nous avons d'abord un flash-back en sus : Albert et Edward, alors enfants, sont en pleine classe, l'un donnant à l'autre son devoir pour lui sauver la peau. Edward s'inquiète, mais Albert lui répond que Tommy va sûrement ruiner la moyenne de tout le monde : on voit alors le fameux Tommy en plein exposé devant le tableau à propos de son voyage en territoire indien avec sa famille... et le crâne de l'enfant est littéralement scalpé.



L'ultime ajout de cette version longue est au flash-back suivant, lorsqu'Albert assiste au discours du faux Lincoln : l'imposteur rajoute d'abord à l'homme derrière lui "Où est l'argent pour mon discours ?" ; puis à la fin du flash-back, il rajoute à tout le monde "Si l'un de vous autres veut me la mettre dans le cul, je serais là-bas derrière la grange !"...





Cette version longue dite "non-censurée" (le montage ciné l'était déjà, mais bon) n'est pas vraiment indispensable, rallonge encore un peu plus poussive d'une comédie grasse qui tirait déjà pas mal sur la durée. D'un autre côté, les vingt minutes supplémentaires sont là pour densifier un peu plus certains côtés éludés de l'intrigue - pas les romances à deux balles et c'est un bon point - ainsi que proposer plusieurs nouveaux gags graveleux et osés, rendant le film de McFarlane un peu moins fade et futile dans ses transgressions. On retiendra surtout les rencards successifs d'Albert dans le premier acte, le personnage absurde du docteur, le running gag de la petite fille en quête d'un amant ainsi que le second braquage de Clinch qui rapproche un peu plus cette comédie d'un vrai western... Bref, cette version Unrated d'ALBERT À L'OUEST ne comblera pas les détracteurs de son manque flagrant d'énergie, tandis que les plus ouverts apprécieront ses ajouts incisifs et ses nouveaux personnages malgré la longueur imposée.



Commentaires

Articles les plus consultés