Critique : Horns


Mêlant les genres et les tons avec une habilité effrontée, Alexandre Aja livre avec HORNS  un vigilante biblique surprenant, où les radicalités de l'horreur côtoient l'absurdité hilarante des confins humains. Dès le premier plan virtuose, on sent le réalisateur inspiré et impertinent derrière sa caméra, une réussite visuelle résultante de la fusion efficace entre le fantastique, la romance, le polar et la comédie. Devant la performance étonnante de Radcliffe et la place gourmande laissée aux jeux temporels et aux personnages, il se dessine alors dans cette folie des extrêmes un certain sens inattendu de l'émotion, les codes de l'horreur apportant l'intéressante satire d'un pessimisme générationnel refoulé. Le scénario a beau avoir ses faiblesses et le rythme ses longueurs, HORNS est une diabolique surprise, acide et intime, qui fait pousser un peu plus les cornes d'un Aja audacieux.


Commentaires

  1. Cela sort des sentiers battus de l'épouvante, et rien que ça, le film mérite d'être vu. Assez d'accord sur le rythme et les faiblesses, contenues essentiellement dans ses dix dernières minutes, et j'ai aussi toujours une petite réserve chez Radcliffe, même s'il livre une bonne performance. Une bonne surprise dans l'ensemble, qui arrive à contourner certains pièges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content que tu ais apprécié le film, 2flics. On sort des sentiers du genre, pour sûr, comme tu le dis justement certains pièges sont évités, j'ai beaucoup apprécié le détournement sur la psychologie du "coupable" dans le dernier acte, même si on devine très tôt qui il est.

      Supprimer
  2. Le film a ses défauts (quelques longueurs, on devine très vite l'identité du tueur et aussi le petit secret que gardait la copine de Ig) mais franchement j'ai quand même bien aimé. C'est très divertissant, les flashbacks s'incrustent très bien (ce qui n'est pas toujours évident), la charge symbolique (peut-être un peu trop appuyée) m'a tout de même énormément séduite et j'ai trouvé Radcliffe très bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi que ce film t'ai plu, en effet c'est lourd en flash-backs mais très bien intégrés au récit. J'ai pas trouvé les symboles si fort que ça personnellement - hormis le coup des ailes à la fin peut-être - mais nous sommes d'accord ça marche.

      Supprimer
  3. C'est sympa mais c'est d'une prévisibilité que cela en devient malheureux. Le tueur on le devine à quinze bornes, la cause du départ aussi, le coup du fusil aussi, même dans une réplique je l'ai récité deux secondes avant! Heureusement le film se suit bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le coup du tueur est assez prévisible j'en conviens, j'avais deviné dès le premier tiers. Mais j'ai trouvé le détournement de la "cause" bien amené finalement. Mais sinon oui le film se regarde très bien.

      Supprimer
    2. Perso quand je l'ai vu avec sa lettre, je me suis dit "oh putain c'est ça!" j'ai même trouvé la maladie avant citation.

      Supprimer
    3. Personnellement, j'avais capté le coup de la maladie quand elle le quitte au restaurant, c'est gros comme un camion !

      Supprimer
    4. Ah bah merde, moi je l'ai pas vu venir le coup de la maladie, je suis carrément tombé dans le panneau de l'infidélité ^^

      Supprimer
    5. D'ailleurs pardon à ceux qui n'ont pas vu le film et lisent ces commentaires, c'est SPOILERS à tout va, là ^^

      Supprimer
  4. Ah bah moi j'avoue que je me suis laissé embarqué et j'ai pas vu venir grand chose ^^ Le tueur assez tard et la maladie pas du tout.
    Le seul truc qui m'a dérangé ce sont les personnages secondaires très stéréotypés dans leur "perversion". C'est gros et lourd. Dommage car j'ai trouvé l'idée de base très bonne. Il n'y a pas assez de séquences comme celles des journalistes ^^
    Pis y a tout le symbolisme à la fin que j'ai trouvé lourdingue aussi, mais ça je m'y attendais, vu le thème.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés