Critique : Gone Girl


Définitivement dorloté dans un cinéma de la maturité depuis quelques années, David Fincher signe avec GONE GIRL son travail le plus sobre formellement, exigeant et anxiogène, annihilant même ses mouvements de cadre fétiches pour emprisonner sa galerie de figures narcissiques et manipulatrices. Thriller intelligent qui épouse dans sa sublime structure éclatée la puissance de sa farce, la violence insidieuse de son nihilisme n'a d'égal que l'explosion cynique qu'elle déclenche, cachant dans son portrait de couple un radical coup de poing à l'être mortel contemporain, enfermé dans une vertigineuse angoisse médiatique, fenêtre donnant sur la terrifiante misanthropie sucrée d'un monde de mises en scène, un simulacre à l'américaine. Affleck et Pike explosent à l'écran, extrêmes, dynamite essentielle de cette destruction massive de l'empathie moderne, et plus que tout dans la seconde moitié du film, carambolage émotionnel et formel certes prévisible mais faisant définitivement de GONE GIRL  un maelström de génie, froid, calculateur, profond et juste.


Commentaires

  1. Je ne sais pas s'il a modifié la fin, mais si Fincher la reprend alors ça doit être grandiose. J'ai lu le roman d'un traite et c'est un roman parfait pour Fincher. La plupart de ses thèmes de prédilection (le scandale, le couple, le thriller vicieux, les médias...) sont dedans et le fait que l'auteure a scénarisé le film me rassure amplement. Hâte de voir cela demain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu le bouquin, mais à ce que j'ai compris la fin a été modifiée, en commun accord entre Fincher et l'auteur.

      Supprimer
    2. Non elle n'a pas été modifié. Fincher a juste rajouté Missy Pile. Il l'a juste fait à sa manière. ;) Mais je peux te dire que c'est exactement la même conclusion. Pour l'adaptation Fincher et Flynn ont surement enlevé des éléments par souci de durée et d'éclaircissement, ce qui est tout à fait louable sur un livre de 690 pages (en comparaison Fight Club et Benjamin Button en avaient largement moins) (Attention spoilers) Par exemple, Dunme parlait chez Dessie chez lui et la discussion tournait moins court. Sa mère prenait son importance à la fin en clamant l'innocence de son fils. Les parents d'Amy étaient traînés dans la boue par Amy dans ses écrits. C'est la femme de Bolt qui lui balançait des bonbons.
      (Fin des spoilers) L'adaptation est aussi machiavélique que le roman, le casting impérial (Ben Affleck peut enfin faire un fuck à ses détracteurs, Rosamund Pike est impitoyable)et la réal et musique de qualité.

      Supprimer
    3. Ok merci pour ces infos sur le livre, je m'y jette dès que j'ai fini le 22/11/63 du King ;)

      Supprimer
  2. Un Fincher, on attend toujours ça avec impatience ! Super d'apprendre qu'encore une fois c'est du lourd !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour sûr, quand tu prends du recul le mec il a pas un mauvais film dans sa filmographie ! C'est une fois de plus du lourd ;)

      Supprimer
  3. La vraie révélation de ce petit bijou, c'est surtout Rosamund Pike, actrice ordinaire qui devient ici une interprète extraordinaire, à la fois pathétique et glaçante. Perso, je lui donnerais bien un Oscar.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui, grosse révélation. Même Affleck pour moi, comme acteur je le considérais aussi comme assez quelconque, mais là wow. Fincher est un grand directeur d'acteur, peut-être par son perfectionnisme extrême sur le plateau.

      Supprimer
    2. D'ailleurs, la VF rend parfaitement justice à l'investissement des acteurs.

      Supprimer
    3. En effet, vu d'abord en VF et le doublage est des plus corrects !

      Supprimer
  4. Enfin vu et j'ai adoré ! Une excellente adaptation de l'excellent bouquin (je confirme également qu'il n'y a pas de fin différente - ou du moins c'est vraiment minime). J'avais beau connaître l'intrigue, je me suis replongée volontiers dans cette histoire passionnante et machiavélique. L'ensemble est très fidèle au roman (700 pages tout de même), rythmé, précis, on atteint pratiquement la perfection. Fincher réalise un film coup de poing sur le mariage, les apparences et les médias. Ben Affleck est excellent mais j'ai surtout été impressionnée par Rosamund Pike, j'espère qu'elle aura l'Oscar.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je le disais à Borat plus haut, je me collerais au bouquin très bientôt ;) En effet malgré le poids du récit et la longueur du film, le rythme est puissant, grâce à la précision renversante de Fincher dans son montage. Croisons les doigts pour les Oscars ^^

      Supprimer
    2. Même si tu connais l'histoire, tu vas dévorer le roman, une belle surprise en ce qui me concerne !

      Supprimer
  5. En quelques mots, tu as parfaitement saisi la substantifique moelle de ce film impressionnant de maîtrise. Sans doute le meilleur Fincher à ce jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors je suis comblé ;) Je pense que ma passion dévorante pour Seven et The Game les laisseront au top de sa filmo pour moi, mais là Gone Girl s'impose avec la médaille de bronze pour sûr.

      Supprimer
    2. Je suis aussi de l'avis de Princécranoir. Ta critique très analytique me confirme -et j'y met attendait absolument pas- que j'apprécie le film plus pour son sous-texte que pour sa forme même, le thriller. Il a beau être efficace, "Gone Girl" me semble meilleur dans son portrait de sa société que dans son approche entertainment.

      Supprimer
    3. J'ai été très étonné de lire certaines critiques qui parlaient de cet aspect entertainment, divertissement du dimanche soir, du thriller qu'invoque Gone Girl. Bon c'est loin d'être une question contestable - dans cet aspect le film est d'une radicale efficacité - mais comme toi cette approche ne m'a pas sauté aux yeux, c'est le fond qui l'a fait. Magistralement.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés