Critique : Sin City


S'emparant de l'œuvre graphique de Frank Miller comme storyboard sacré, Rodriguez livre avec SIN CITY  un délicieux ofni noir dont la puissance première est évidemment son superbe écrin monochrome. Garni d'une galerie de gueules à la hauteur de ses ambitions visuelles, l'adaptation conserve la multitude des dialogues off pour un charme macabre et universel. Rodriguez a beau être tire-au-flanc quant à filmer les moments mouvementés ou briqueter les couches temporelles, l'efficacité des récits et le pessimisme romantique de l'univers opèrent. SIN CITY  au cinéma, c'est de la fidélité extrême comme exercice de style, pour une euphorie radicale de l'image qui rend en bonne et due forme à cette ville du vice son électricité morte-vivante.


Commentaires

  1. Un essai bien plus pertinent que sa séquelle déjà parce que c'était un peu plus naturel si je puis dire et peut être plus inspiré.

    RépondreSupprimer
  2. Pas encore vu sa suite, mais c'est pour très bientôt. La majorité dit qu'elle est inférieure, donc bon j'y vais pas à grand galop.

    RépondreSupprimer
  3. Ce n'est pas un mauvais film en ce qui me concerne mais c'est décevant.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés