Critique : Seppuku / Harakiri


Chef d’œuvre intemporel et incisif, HARA KIRI  transpire la puissance sans limites du cinéma, lame affutée qui peut éventrer toutes les conventions établies. Kobayashi, prodigieux metteur en image et innovant raconteur d'histoire, impose une tragédie subtile et progressive pour mieux gifler les codes amers de son pays, brisant ses figures imposantes par l'ombre nuageuse du mythe. Ces cicatrices sont invoquées par un sens fantastique de la mise en scène, travellings virtuoses et décadrages iconiques faisant office d'incantation, tandis que le scénario brouille les pistes dans un ballet à travers le temps pour mieux nous contaminer de la force inhérente et incontrôlable qui suinte de chaque plan. HARA KIRI  est une blessure à l'arme blanche d'une terrifiante grâce, sa surnaturelle montée en puissance conjurant une rage monochrome délicieusement bouillonnante.


Commentaires

  1. Connais pas du tout ce film, mais pourquoi pas.

    Par contre, une fois n'est pas coutume, la traduction du titre est contestable pour qui connait un peu les différences entre le harakiri et le seppuku. En même temps, c'est sur que Harakiri, ça parle plus aux occidentaux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais en fait je l'ai découvert sur le tard. Quand tout le monde te sort cette réplique si irritante "Quoi ?! T'as pas vu tel film ? Et tu te prétends cinéphile ???", faut bien s'y coller un jour où l'autre ! Mais franchement, quel chef d’œuvre, fonce dessus 2flics c'est une véritable merveille.

      Sinon pour en revenir au titre original, quel est la différence entre les deux termes en fait ? Ce n'est pas la même chose ? À moins que ce soit le seppuku qui rajoute la coupe verticale et/ou la décapitation par rapport au harkiri.

      Supprimer
    2. C'est très subtil, évidemment, et ne semble pas impliquer la manière dont l'acte est effectué, mais plutôt la personne qui l'effectue et les conditions de sa "mise en scène". le Seppuku implique un rituel cérémoniel pratiqué par des personnes de hauts rangs (bien souvent les samouraïs). En revanche, le Harakiri est un acte suicidaire effectué par le peuple. Mais tout cela n'est qu'un détail, on va pas couper les cheveux en quatre :)

      Ralala ! Qu'est ce que je déteste cette phrase "Quoi ?! T'as pas vu tel film ? Et tu te prétends cinéphile ???". Le fait d'avoir vu ou de ne pas avoir vu certains films cultes ne détermine pas si on est cinéphile ou non. C'est bien le monde de la culture, ça. Pas très tolérante avec les pratiques, les goûts et la vision de chacun.

      Supprimer
    3. D'accord, je ne savais pas que c'était une pratique également exercée par le peuple. Merci bien, je me coucherais un peu moins bête ce soir ;)

      Supprimer
    4. Afin de mieux préciser ma pensée, le suicide des soldats japonais au début du dernier Wolverine tient davantage de l'Harakiri que du Seppuku. Après, je ne suis pas un très grand connaisseur de la culture japonaise, sans doute que d'autres détails m'échappent dans cette distinction. En tout cas, je suis ravie d'avoir pu partager cela avec toi :)

      Supprimer
  2. Excellente synthèse qui rejoint mon avis personnel : immense chef d'œuvre. Tu peux poursuivre avec le métaphysique "Rebellion", voire, si tu as des heures à disposition, la fresque "la condition de l'homme"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On m'en a aussi beaucoup parlé. J'en prends très bonne note, Princécranoir, merci du conseil ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés