Critique : Dario Argento's Dracula 3D


Lancé dans une énième adaptation du mythe vampirique, Dario Argento livre avec son DRACULA 3D  un morceau nanardesque qui peut laisser tranquillement prospérer les œuvres de Browning, Fisher et Coppola. D'un amateurisme affligeant que même un faible budget ne pourrait excuser, le film s'enlise dans une gadoue sanglante de foutage de gueule insolent et de références hammeriennes sacrilèges. La mise en scène monolithique, le manque ahurissant de dramaturgie, la direction artistique dégueulasse, les effets visuels dignes d'une PS2, les acteurs en roue libre et leurs voix post-synchronisées gerbantes, tout respire si profondément la fainéantise vicieuse déguisée en hommage que ce navet ne tire même plus un sourire, seul d'acides larmes de sang. Avec ce sketch interminable, risible et insultant, Argento agonise et s'enterre en nous crachant au visage.


Commentaires

  1. Toujours pas sorti chez nous en DVD celui-là il me semble. Hâte de voir cette revisite nanarde de Dario qui décidément n'a plus rien à offrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nop, toujours pas de date. C'est pas un mal ^^ Bon courage à toi pour le découvrir, tu verras que le rire laisse très vite la place à la consternation.

      Supprimer
  2. Et flûte... Je me disais que, enfin, il allait nous sortir un vrai film !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh non, Dario s'enfonce définitivement dans la fin de sa carrière.

      Supprimer
  3. Ca a l'air en effet très nul, mais, pour rester dans le domaine de Dracula, pas plus que le machin sortit dernièrement avec Luke Evans.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés