Version Longue : King Kong




L'ATTAQUE DU TRICÉRATOPS
scène inédite
(+2mn20)

Alors que Denham, Driscoll et les autres membres du bateau partent à la recherche d'Anne, tout juste capturée par Kong... 
 
Le premier ajout montre une confrontation entre le groupe d'hommes et un tricératops au cœur de la jungle. L'attaque est plutôt violente, certains se faisant embrochés par la corne du dinosaure... La créature finit par se faire tuer de quelques balles de mitrailleuse dans la tête, et Denham n'hésite pas à filmer les dernières secondes de vie de la bête. "Ces créatures n'étaient-elles pas censées être disparues ?" demande Preston, Lumpy lui répond "Maintenant, oui".

En plus de rajouter une belle dose d'action (certes excessive car les héros ont une chance hors norme de ne pas se faire écraser), cette scène inédite est intéressante car montre un peu mieux la peur de ces hommes face à la découverte d'un milieu qui leur est inconnu et hostile.








AU BORD DES MARAIS
version intégrale
(+15sec)

Suite à l'intense course-poursuite dans la faille avec les diplodocus et les velociraptors... La séquence où la troupe se retrouve au bord des marais pour se reposer est légèrement rallongée.
 
Alors que Baxter tente de convaincre les autres de retourner sur le bateau, des plans supplémentaires montrent Driscoll et Lumpy prendre des troncs de bois et de la corde pour construire un radeau... ce qui sera en continuité avec la prochaine scène inédite. Un autre ajout montre quelques hommes suivre Baxter lors de son départ.




LA TRAVERSÉE DES MARAIS
scène inédite
(+5mn45)

Voici certainement l'ajout majeur de cette version longue, juste après qu'Anne ait réussi à s'échapper des mains de Kong. 

Dans cette scène inédite la troupe traverse les Marais sur les radeaux de fortune, mais ils se font vite attaquer par des crustacés locaux.




Puis les petites bêtes disparaissent, effrayées, pour laisser place à une bien plus grosse créature qui fond littéralement sur eux et détruit l'une des embarcation - la seconde est brisée par les coups de feux de mitraillette mal placés de Denham sur le monstre. 
 
Driscoll, lui, coule au fond des Marais, emporté par la lourdeur des munitions qu'il porte sur lui. L'énorme créature aquatique fonce vers lui, mais il échappe à ses coups de mâchoire grâce à des troncs de bois. 

À la surface, Denham joue le tyran avec Preston pour garder la caméra hors de l'eau. En plus d'être un grand moment d'action et de tension, cet ajout montre bien à quel point Denham ferait tout pour protéger sa caméra, seul outil lui promettant la fortune : c'est lui qui fait s'enfuir la créature en faisant feu sur elle, et fait craquer le radeau dans son coup de folie.








Les survivants parviennent alors sur les berges du Marais. Denham accourt vers Preston et récupère sa caméra, sans prendre soin de savoir comment va ce dernier. Il commence alors à la faire marcher, tandis que la créature aquatique tente une dernière attaque et attrape un des hommes sur la berge. Denham continue de filmer la scène, le regard vide...

Bref, un gros moment de bravoure d'une extraordinaire efficacité et qui, dans l'explosion d'effets spéciaux, fait un peu plus scintiller la folie douce du personnage de Denham.





BALLES PERDUES DANS LA JUNGLE
scène inédite
(+1mn30)

Tout de suite après, alors que Ann court à travers la jungle hors de la portée de Kong, la petite troupe continue son aventure à la recherche de cette dernière. Ils entendent alors des bruits autour d'eux. Craignant une autre attaque monstrueuse, Lumpy panique et tire partout autour de lui. Et il touche quelque chose qui chute au sol. Driscoll à peur qu'il ait tiré sur Ann... mais ce n'est qu'une autre créature, sorte d'autruche primitive, qui souffre le martyre. Lumpy achève son travail.

C'est un ajout mi-figue mi-raisin. D'une part, cette scène inédite est intéressante pour son montage, alternant entre la troupe dans la jungle et Ann s'enfuyant, efficace outil de suspens. Mais d'autre part, la scène est assez mal amenée, faisant un peu tâche dans le rythme des évènements. La créature est aussi assez mal faite, hommage maladroit aux modèles du film de Cooper.





LA BATAILLE DE LA FAILLE
version intégrale
(+1mn40)

Lorsque Denham, Driscoll, Jimmy et Lympy tentent de survivre dans la faille terrestre remplie de bébêtes géantes... Après la bataille, la scène continue plus loin dans cette version : après que Baxter soit héroïquement venu les sauver, ils leur donnent une corde pour grimper en haut de la faille. Alors que Jimmy s'apprête à grimper, il regarde une dernière fois le cadavre du capitaine Hayes. Il va finalement prendre sa casquette et l'enfile avant de grimper (on sait dorénavant pourquoi il porte cette fameuse casquette durant le reste du film).
 
Et tandis que Driscoll observe avec attention les os d'une énorme cage thoracique, Denham sort à Baxter : "Au moment où vous replonger pour la troisième et dernière fois, alors que vous venez à peine de disparaître sous les vagues et que l'eau envahie vos poumons, savez-vous ce qu'il se passe durant ces précieuses secondes de votre vie ? Toute votre vie défile devant vos yeux. Et si vous avez vécu en bon américain, vous devez voir ça en couleur", et il sourit. Un ajout qui montre bien son obsession folle pour l'image, et surtout l'argent qu'elle génère.







LA CAPTURE DE KONG
version intégrale
(+20sec)

La scène où Kong se fait capturer en vain devant la grande muraille est légèrement rallongée. Un premier supplément montre Kong, une fois délivré des cordes, détruire l'une des bâtisses anciennes où sont posés quelques hommes.


Juste après, un autre ajout montre Kong descendre des rochers pour poursuivre le groupe emmenant Ann.




POURSUITE DANS NEW-YORK
version intégrale
(+40sec)

Trois ajouts pour ce passage de course-poursuite dans New York, ultime séquence rallongée de cette version longue... Le premier ajout est un long plan supplémentaire de Kong poursuivant Driscoll dans le taxi.


Un peu plus tard, après la séquence du lac gelé, Kong fonce sur la camion qui vient de tirer un missile sur lui et Ann. L'officier qui criait "Feu !!!" panique, et ils se font violemment écraser.



Juste après, un ultime supplément quelque peu ironique nous montre dans un intéressant travelling arrière des militaires dans un camion. Alors que la caméra recule vers l'arrière du camion, le big boss dit : "Vous êtes à New-York, d'accord ?! Autant vous dire que ce sol est sacré ! Elle a été bâtie par des humains, pour des humains ! Pas pour un orang-outan infesté de poux ! La simple idée qu'un primate mutant mette à sac cette belle ville me donne des hauts-le-coeur ! Aussi, voilà le programme : on le descend, on lui tranche sa tête d'affreux et on la plante au bout d'un..." mais il n'a pas le temps de finir que le camion se fait fauché par Kong en pleine course...






La version longue de King Kong a beaucoup à envier à celle du Seigneur des Anneaux du même réalisateur. Nous n'avons pas vraiment d'améliorations dans le rythme du film, ni même dans le scénario, bien que de petits trous soient comblés (la folie croissante de Denham, Jimmy face à la mort du capitaine...). Peu conséquents en terme d'utilité, les ajouts de cette version sont surtout à considérer comme "bonus" - le réalisateur le dit lui-même. Hormis des suppléments vraiment mineurs (les plans inédits de la capture de Kong, ou ceux de la poursuite dans New York), nous avons de nouveaux moments de bravoure vraiment plaisants à voir, comme le prouvent la première attaque de dinosaure qui concrétise la peur de la jungle hostile, ou encore la scène dans les marais qui est vraiment prenante, exagérée mais jouissive... Les fans seront aux anges de voir ces ajouts épiques, mais aussi frustrés de voir si peu d'ajouts - les scènes coupées dans les bonus de l'édition collector proposent 40mn inédites qui auraient grandement poussé le film vers le haut. Cette version longue n'est donc pas indispensable, mais reste à voir pour ses quelques nouveaux morceaux aguicheurs.



Commentaires

  1. Bien moins utile que celle du Seigneur des anneaux vraisemblablement. Même si la séquence sur l'eau a l'air fun.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as pas vu cette version ?... Tout à fait dispensable en effet, bien que si tu es fan du film tu apprécieras certainement les suppléments.

      Supprimer
  2. J'ai revu le film en version longue récemment et je ne me souvenais pas de cette scène dans les marais. Incroyable qu'elle ait été shuntée pour la sortie en salles. Non seulement elle est spectaculaire mais elle ajoute au personnage de Denham un cran supplémentaire à sa folie de filmmaker.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord, c'est LE gros morceau de cette version longue.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés