Critique : Five Easy Pieces / Cinq Pièces Faciles


Parfaitement encré dans la période du Nouvel Hollywood, FIVE EASY PIECES  est une ode floue et nihiliste à la liberté, Rafleson osant se débarrasser de toute structure classique. On assiste perturbé puis séduit à ces successions de scènes où enjeux et logique s'effacent face à l'absurdité du monde et au comportement néfaste de Jack Nicholson, impeccable paumé dans ce malaise, constamment hanté par la musique comme fuyant un nostalgie inéluctable. Longueurs et frustrations s'imposent dans un montage un peu bringuebalent, mais le tout demeure un fascinant balai du bras sur la table, et d'une tristesse insidieuse.


Commentaires

  1. Excellent choix Max, un magnifique hymne à la liberté....
    Film hors du temps, l'un des plus beaux des 70's ( décade prodigieuse ) avec un acteur génial dans un rôle génial, tout le monde devrait l'avoir vu.
    Je n'oublie pas la regrettée Karen Black..... l'impayable Rayette :-)
    Rafelson pas Rafleson si je puis me permettre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bien Ronnie ^^ L'hymne est fort, pour sûr, même s'il manque ce petit quelque chose je trouve. Mais "hors du temps" est le terme adéquat. Sinon merci pour la faute, je corrige ça tout de go !

      Supprimer
  2. Mythique ce film, mais je ne l'ai pas vu (je vais me faire taper sur les doigts par Ronnie)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ce film à une grande notoriété - quoique trop peu cité pour le Nouvel Hollywood - pour ça que j'ai été un poil déçu, mais un poil ^^

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés