Critique : Fail Safe / Point Limite


Transpirant les peurs et méfiances de l'époque, FAIL SAFE est un remarquable exercice aujourd'hui uchronique, mais qui dans les 60's devait littéralement faire froid dans le dos. Filmant dans un noir & blanc oppressant où les jeux de cadres claustrophobiques jouent sur les sensations humaines, Lumet installe une tension progressive inégalable, avec écriture et montage tous deux incisifs. L'ennemi est invisible, le décor austère, les limites fantomatiques, et on se retrouve en sueur les oreilles ensanglantées tant la notion de perte de contrôle nous happe de sa crédibilité tragique, jusqu'aux dernières minutes traumatisantes.


Commentaires

  1. Sorti la même année que Strangelove, nettement moins humouristique & beaucoup + oppressant
    Le meilleur Lumet ou pas loin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait Ronnie, le rapprochement entre les deux films est inévitable, et je crois bien que je le préfère à Strangelove. Il y a même eu de soucis judiciaires entre les deux œuvres me semble-t-il.

      Supprimer
  2. Il semble que Kubrick ait fait racheter "Point Limite" par Columbia Pictures pour ne pas entrer en concurrence avec Strangelove & fait par là même reporter sa sortie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour être plus précis (j'ai vérifié dans le "Stanley Kubrick" de Bill Krohn) : Kubrick et son scénariste ont modifié le script de "Folamour" afin d'éviter d'être copiés, puis ont intenté un procès aux auteurs de "Point limite" (et l'ont gagné). Ce dernier n'a pu sortir qu'après "Folamour".

      Supprimer
    2. Merci pour vos précisions ! En effet ça a pas mal chauffé entre les deux, mais le ton est tellement différent entre les deux que la dissociation est claire et nette.

      Supprimer
  3. Pas vu, mais je connais sa réputation. Dès que j'en ai l'occasion ou qu'il passe à la télé, je l'enregistre.
    Merci aussi à Ronnie et Laurent pour ses précisions qui, même sans avoir l'un des deux films, en dit long sur le monde du cinéma et sur le caractère offensif de Stanley Kubrick.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yep, un grand film à ne pas louper ! N'hésite pas à venir en dire des nouvelles quand tu l'auras vu ;)

      Supprimer
  4. Très bon souvenir (même si je préfère me marrer devant le génial Stanley plutôt que trembler face à ce très bon Sydney ). Encore un exemple qui montre que Lumet était un grand, un très grand même (ça ma fait penser que j'ai un dossier Lumet qui n'attend que ça d'entrer sur la toile).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh un dossier Lumet, hâte de lire ça !!! ^^ Un très grand pour sûr, je découvre peu à peu sa filmo et c'est le panard.

      Supprimer
    2. C'est en ligne, ça y est. Il y a aussi l'ami JB Thoret qui s'est fendu d'une émission sur Lumet avec le scénariste Laurent Vachaux pour invité. http://www.franceinter.fr/emission-pendant-les-travaux-le-cinema-reste-ouvert-les-films-de-sidney-lumet-sont-ils-du-cote-de-la

      Supprimer
    3. Pardon Princécranoir, j'avais zappé ton commentaire, je jette tout de go un oeil à ton article, merci !!!

      Supprimer
    4. Et merci pour le lien FranceInter, j'ai eu l'occasion de rencontrer Thoret c'est quelqu'un de simple et passionnant à écouter, merci pour le lien !

      Supprimer
  5. Film découvert dans le cadre du cycle "Apocalypse" au Forum des Images. Une intrigue anxiogène et des acteurs au diapason avec le futur Jr en traducteur. A voir sans modération car malgré la date de réalisation du film, il reste toujours d'actualité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes entièrement d'accord ! Et comme tu le dis, cela reste malgré tout d'actualité, pour cela l'ultime séquence reste réellement traumatisante.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés