Critique : The Immigrant

Pays : États-Unis
Réalisateur : James Gray
Scénario : James Gray, Ric Menello
Avec : Marion Cotillard, Joaquin Phoenix, Jeremy Renner, Dagmara Dominczyk, Antoni Corone, Kevin Cannon...
Musique : Chris Spelman
Durée : 2h00
Genre : Drame / Romance
Format : couleurs, 2.35
Budget : 16,5 millions $
Sortie en salles : 27 novembre 2013

Bande annonce visible ici


James Gray change une fois de plus de genre, mais conservant avec talent ses sombres thématiques et obsessions cinématographiques. Conquête douloureuse et misérable de liberté, le défaut premier de THE IMMIGRANT est le dosage des différents destins croisés en son sein, s'évertuant à imposer le personnage d'une Cotillard mollassonne comme figure de proue alors que le vrai morceau central est celui du fantastique Phoenix, sous-développé et dans l'ombre, d'où ressortent des dilemmes quasiment shakspeariens, entre trahisons et rédemption, les plus puissants du film - sa douleur ultime représentée dans le magnifique plan final. Il demeure toutefois une séduction rare dans cette œuvre formellement sublime, Gray maîtrisant de bout en bout son art plein de sens et de nostalgie, dont l'aspect chaud et pesant du cadre nous rappelle constamment une Amérique de l'artifice, où la vraie liberté coûte cher. Oppressivement classique et sans véritable souffle, THE IMMIGRANT peut décevoir, mais conserve ce quelque chose tragique et terriblement prenant chez Gray, dans un morceau de cinéma élégant et fort en symboles.

À RETENIR
le très beau travail formel de James Gray

Joaquin Phoenix, portant le vrai personnage principal sur ses épaules

la dernière séquence, nous amenant à un ultime plan très fort

À OUBLIER
le manque de développement frustrant de Bruno, protagoniste essentiel

Marion Cotillard peine à donner du souffle à son personnage


Commentaires

  1. Pas le meilleur film de James Gray si je comprend bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son moins bon, oserais-je dire. Mais une petite réussite toutefois.

      Supprimer
  2. Gray affirme que c'est son meilleur film, meilleure réal, meilleur émotion... etc... Pas pour moi, si ça reste un bon et beau mélo on ne retrouve ni l'ampleur de "La nuit nous appartient" ni l'émotion de "Two Lovers"... 15/20

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi, Selenie. Ce n'est que quand le mélodrame s'insert à la moitié du film que l'on commence à vraiment retrouver Gray.

      Supprimer
    2. Little Odessa & The Yards au dessus du lot pour ma part, le 1er cité étant carrément le chef d'oeuvre par excellence.
      Concernant The Immigrant, avec Cotillard non merci !

      Supprimer
    3. Ce qui est tout à fait louable, Ronnie. Moi pour ma part c'est We Own the Night qui domine sa filmo... Pour cet Immigrant, beaucoup encensent mais Cotillard est un des points faibles du film. Plus ça va et plus comme toi j'ai du mal avec elle. À croire que La Môme était un coup de bol.

      Supprimer
  3. Je pourrais probablement pas le voir, je vais déjà voir Captain Phillips ce week-end donc... Et puis Cotillard merde! J'en ai marre de la voir partout cette tâche! Même dans un film de James Gray on doit se la taper.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je le disais à Ronnie ci-dessus, plus ça va et plus j'ai du mal avec Cotillard. Elle tiens plutôt la route tout le long du film, y'a des hauts et des bas, mais bordel la séquence essentielle du film, le grand pic tragique, le gros retournement, et bah là elle plante lamentablement le moment avec un jeu ridicule...

      Supprimer
    2. Moi j'ai à la fois du mal avec ses interprétations mais aussi sur ses dires. Une vraie casserole ambulante. Pour la séquence que tu cites (sans évoquer bien sûr de quoi ça parle bien joué! ;) ), j'ai entendu plein de critiques à ce propos. Ce qui renvoie indéniablement à la manière dont elle meure dans TDKR. Je n'ose imaginer ce qu'elle va faire en Lady MacBeth. Je crains le pire...

      Supprimer
    3. Et on parle même d'elle pour l'adaptation ciné des Chevaliers de Baphomet... Pouah pouah pouah...

      Supprimer
  4. Vous êtes durs avec Marion... mais vous n'avez pas complètement tort ;) Moi je l'aime bien, mais j'avoue qu'elle me déçoit parfois.
    J'ai hâte de voir ce film. James Gray, c'est du beau cinéma. Et puis l'histoire m'attire vraiment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais plutôt du côté de Cotillard moi aussi précédemment. Plus trop maintenant... The Immigrant, bien que le moins bon de Gray assurément, demeure pour sûr un beau moment de cinéma.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés