Critique : Apocalypto

Pays : États-Unis / Mexique
Réalisateur : Mel Gibson
Scénario : Mel Gibson, Farhad Safinia
Avec : Rudy Youngblood, Raoul Trujillo, Mayra Sérbulo, Gerardo Taracena...
Musique : James Horner
Durée : 2h19
Genre : aventure / Histoire / survival
Format : couleurs, 1:85
Budget : 40 millions $
Sortie en salles : 10 janvier 2007

Bande annonce visible ici


Mel Gibson a beau être un acteur/cinéaste controversé, il faut bien dire que son statut de réalisateur lui sied à merveille. Apocalypto en est la preuve irréfutable, démontrant que Gibson sait raconter une histoire et la mettre en forme. Le point fort de ce film est avec évidence son soucis chirurgical de la reconstitution historique, le cinéaste n'hésitant pas à filmer des acteurs inconnus, parlant les langages anciens maya et yucatèque, insufflant par conséquent un terrible et palpable degré de réalisme. Mel Gibson met en scène le tout de manière sublime et sauvage, filmant la nature dans d'extraordinaires travellings, exposant les mouvements dans des ralentis à vous en décrocher la mâchoire. Le film livre une violence assez démesurée, choquante, qui pourra perturber les réfractaires, mais ce n'est finalement que pour mieux traîter de la déchéance progressive d'une civilisation, où l'Homme est un loup pour l'Homme et aussi pour la Terre. Des passages comme la scène d'exécution sur la pyramide dévoilent une dimension très contemporaine, une perception moderne de la violence comme spectacle banalisé. Dommage que la civilisation maya à l'origine de cette ultra-violence soit si peu développée, mais ce n'est que pour mieux pousser sa dimension mystérieuse, inhumaine, voire fantastique. L'extraordinaire dernier acte, quant à lui, vire dans une partie de chasse à l'homme extraordinaire, souffle inattendu qui pousse le film à être également une excellente œuvre de divertissement, grande échappée démesurée où l'Homme se fond avec la Terre... Grandiose, intense, viscéral, les adjectifs ne manquent pas en voyant Apocalypto. Gibson signe une grande histoire au sein de l'Histoire, spectaculaire et engagée, qui ne laisse définitivement pas indifférent. C'est à ça que l'on reconnaît les grands films.

À RETENIR
la réalisation somptueuse de Mel Gibson, sublimant la nature et les mouvements par les plans larges et le ralenti
 
l'utilisation de la langue maya, excellent moyen d'immersion

les acteurs, tous inconnus et débutants mais pourtant si convaincants

son exceptionnel dernier acte, violent virage dans le survival

une intelligente peinture sous-jacente de notre civilisation actuelle, détruite de l'intérieur

À OUBLIER
quelques touches gores un peu gratuites

une civilisation maya finalement peu exploitée

Commentaires

  1. Superbe film même si je préfère Braveheart. En tous cas, un film qui ne fait pas dans la concession et à vrai dire tant mieux. Une véritable furie visuelle et quelques traits d'humour au début amusantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso, avec le recul, je le préfère à Braveheart, même si ce dernier reste une véritable merveille... On est d'accord, un film sans concessions.

      Supprimer
  2. Et puis au contraire de toi, la violence ne m'a pas tant secoué que ça. Les européens ont été bien pire à leur arrivée en Amérique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention je dis pas que ça m'a secoué, j'ai les tripes solides, mais juste que "par moments" ça fait un peu gratuit, surdosé. Mais le contexte fait que finalement ça se tient.

      Supprimer
  3. Surtout en ce qui concerne les sacrifices. En sachant que cela renforce vraiment la dramaturgie.

    RépondreSupprimer
  4. Ca me rappelle que je dois le regarder, j'ai vu les quelques premières images, oups !!!!!! je viendrai lire ce billet lorsque j'aurai vu le film.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui, jette-toi dessus Tango ! Un grand film d'aventures et une magnifique échappée... à condition d'avoir les tripes bien accrochées ; )

      Supprimer
  5. La controverse prend malheureusement trop le pas sur l’œuvre d'un artiste. Gibson, déjà superbe acteur, est devenu un réalisateur énorme, apportant une autre controverse à celle de sa vie privée, à savoir la violence. Si dans son premier film "L'homme sans visage" la violence était plutôt psychologique, bien que plus tempérée...ses trois autres films en tant que réalisateur se sont plus tournés vers la violence physique et donc visuelle.
    Éternel débat de savoir si le cinéma se nourrit de la violence du monde moderne ou bien, au contraire si c'est notre société qui devient un film violent en live.
    Stand by sur son prochain projet sur les Vikings, mais que j'attends avec impatience et curiosité, en espérant qu'il n'y ait aucune star et qu'il réitère le langage original pour plus d'immersion dans la vie d'un peuple.
    Mais je continue à penser que Gibson n'a pas fini sa carrière et qu'il pourrait bien à nouveau nous surprendre ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un énorme réalisateur, pour sûr, et il est vraiment dommage que de simples déboires viennent aussi facilement entâcher sa carrière de cinéaste...

      La question de la violence au cinéma est fragile, mais quelque part on n'y a jamais échappé, elle est présente depuis les premières heures du septième art : il n'y a qu'à voir Méliès détacher sa tête de son corps, pour l'époque c'était dingue ! Cela ne peut venir que du fait que l'Homme est violent par nature, et ça se traduit bien en terme purement cinématographique que critique. Ce dernier point est évidemment le plus intéressant, voir le cinéma de Peckinpah, de Scorsese, ou bien même ici Gibson avec cet Apocalypto et même La Passion du Christ (loin d'être gratuit comme beaucoup le pensent !).

      Et dire que le cinéma violent est une hérésie, contaminant son choc, c'est de la pure connerie. J'ai vu Seven et Taxi Driver à l'âge de 7 ans, ça n'a pas fait de moi un psychopathe !

      Sinon j'espère franchement quelqu'un laissera l'occasion à Mel Gibson de continuer sa carrière de réalisateur, je suis tout à fait d'accord avec toi : il a de quoi nous surprendre de nouveau.

      Supprimer
  6. Et pourquoi on n'a plus nos avatars ? :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme le dis Borat ci-dessous, il faut s'inscrire à Blogspot OU Google pour que l'avatar de ton compte apparaisse.

      Supprimer
  7. Parce qu'on n'est pas sur Blogspot!lol

    RépondreSupprimer
  8. Tout comme la passion du Christ qui ne m'a pas plus, un usage de la violence que je n'ai peut etre pas saisi; Apocalypto ne m'interesse absolument pas, par contre je ne remettrais pas en cause les qualités de Gibson en tant que réalisateur, puis c'est l'un des rares a tourner ces films dans des langues peu courantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant ce film n'a absolument rien à voir par rapport à La passion du Christ qui s'avérait assez écoeurante. Là c'est déjà plus crédible et bien moins dégueulasse. Ce n'est pas du gratuit.

      Supprimer
    2. Mais tu vois cela suffit pour me déplaire, ceci dit je ne m'interdit pas de le voir

      Supprimer
    3. En même temps c'est aussi la réalité de l'époque à savoir des peuples qui s'entretuent eux-même et cela bien avant l'arrivée des colonisateurs.

      Supprimer
    4. Je rejoins Borat pour te dire, Fred, que cet Apocalypto est moins violent et "vulgaire" que La Passion du Christ. Plus facile d'accès, en quelque sorte.

      Après je tiens à défendre La Passion du Christ : je comprends que le film est d'une violence inouïe voire grotesque, mais Gibson l'assume totalement, d'où les excès. Il a les bollox de démontrer visuellement le terme "passion", et Gibson en a certainement fait le meilleur du cinéma de la souffrance. Il la met en scène de manière somptueuse, faisant fondre le réalisme avec le fantastique, où les "pouvoirs" du Christ et les éléments horrifiques (les démons de Judas) proviennent frontalement de l'horreur des Hommes, leur violence, leur avidité, leur mépris naturel... Un film clairement sous-estimé de mon point de vue.

      Supprimer
    5. Je vous crois les gars :)

      Ceci dit je comprends ton points de vue Max, mais je n'ai jamais dit le contraire le concernant

      Supprimer
    6. Oui non bien sûr je ne remets pas en cause ton avis, Fred, ta réticence envers son extrême violence est tout à fait compréhensible ; )

      Supprimer
  9. Toujours pas vu, mais ça ne saurait tarder (si j'ai le temps...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as un jour le moyen de te dégoter le Blu-Ray (paraît-il magnifique), jette-toi dessus, ta découverte n'en sera que plus belle ; )

      Supprimer
  10. pas mal mais rien de génial non plus. Que dire de plus ?

    RépondreSupprimer
  11. Un film qui m'a scotché à mon siège. Vraiment épatant.

    http://www.lebleudumiroir.fr/?p=2391

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Épatant, effectivement ! Le genre de film qui nous agrippe les tripes pendant deux heures sans les lâcher... Merci pour le lien, j'y jette un oeil ; )

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés